Les grandes Bourses européennes dans le vert à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES NETTEMENT DANS LE VERT À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES NETTEMENT DANS LE VERT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent nettement dans le vert jeudi à mi-séance, portées par des résultats trimestriels bien accueillis pour Casino et Unilever.

Le marché est soutenu également par la conviction grandissante sur les marchés que la Réserve fédérale américaine attendra 2016 pour resserrer sa politique monétaire, ce qui explique en outre pourquoi Wall Street est attendue en hausse à l'ouverture, selon les futures sur indices new-yorkais.

En Europe, le CAC 40 parisien gagnait 56,41 points vers 12h15, soit 1,22%, à 4.665,44. Le Dax à Francfort progressait de 1,37% et le FTSE à Londres de 0,92%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 prennent respectivement 1,32% et 1,10%.

Aux valeurs, le distributeur français Casino s'adjuge 7,22% à 56,46 euros, signant la plus forte progression de l'indice Stoxx 600 après avoir publié des résultats meilleurs qu'attendu au troisième trimestre.

Le groupe anglo-néerlandais Unilever avance de 4% en Bourse de Londres pour la même raison.

Contre la tendance, Burberry plonge de plus de 12%, la plus forte baisse de l'Eurofirst 300, après avoir annoncé une hausse moins marquée que prévu de ses ventes sur le premier semestre 2015-2016 et laissé entendre que les conditions de marché se durcissaient pour le secteur du luxe en raison d'une plus grande frilosité des clients chinois.

Les chiffres des ventes au détail et des prix à la production aux Etats-Unis publiés mercredi ont déçu les intervenants de marché qui sont de plus en plus nombreux à penser que la Fed attendra l'année prochaine pour relever ses taux d'intérêt.

La banque centrale américaine à elle-même conforté ces prévisions en notant mercredi dans son "Livre beige" sur l'état de la conjoncture aux Etats-Unis que l'impact sur les salaires de l'amélioration sur le front de l'emploi demeurait faible et que l'activité manufacturière souffrait de la vigueur du dollar.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant