Les grandes banques japonaises affectées par les taux négatifs

le
0
    * Baisse de 18% du bénéfice net de MUFG à Y490,5 mds au S1 
    * Recul de 7% du bénéfice net de Mizuho à Y358,2 mds au S1 
    * Repli de 7,5% du bénéfice de SMFG à Y359,2 mds au S1 
    * Prévisions de bénéfice annuel maintenues pour les 3 
banques 
 
    par Taiga Uranaka 
    TOKYO, 14 novembre (Reuters) - Les grandes banques 
japonaises, déjà en proie à une baisse de la rentabilité de 
leurs prêts, ont affiché au premier semestre des bénéfices en 
repli dans un contexte de taux d'intérêt ultra-bas voire 
négatifs. 
    Pour soutenir leurs marges, ces banques ont diversifié leurs 
opérations à l'étranger ces dernières année, mais la croissance 
n'est pas encore suffisamment forte pour inverser la tendance à 
l'érosion des marges.  
    Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG)  8306.T , la première 
banque du Japon par les actifs, a ainsi vu son bénéfice net 
chuter de 18% à 490,5 milliards de yens (4,2 milliards d'euros) 
sur la période avril-septembre, un premier recul en quatre ans. 
    Ce résultat est cependant au-dessus de la prévision moyenne 
de 436,2 milliards de yens établie à partir d'une enquête auprès 
de deux analystes.  
    Selon MUFG, son produit net bancaire a été affecté par les 
taux d'intérêt négatifs en vigueur au Japon, les faibles ventes  
de produits d'investissement et la hausse du yen face au dollar, 
qui ont atténué les bénéfices dégagés à l'étranger. 
    "Nous nous attendons à ce que des conditions d'activité 
difficiles persistent au second semestre", a déclaré Nobuyuki 
Hirano, directeur général de MUFG, ajoutant vouloir racheter 
jusqu'à 1,69% des actions. 
    Le produit net d'intérêts du premier semestre de MUFG a 
diminué de 100 milliards de yens à 975 milliards de yens. 
    La deuxième banque japonaise par l'actif, Mizuho Financial 
Group  8411.T , a enregistré une baisse de 7% de son bénéfice 
net à 358,2 milliards de yens sur la période avril-septembre. 
    Déjà affectées par des années de taux d'intérêt bas dont 
l'existence se justifie par une économie atone, les banques 
japonaises ont subi un autre revers en février, avec la décision 
de la Banque du Japon (BoJ) de passer à des taux négatifs. 
    "Nous ne nous attendons pas à ce que la BoJ mette fin 
immédiatement à la politique des taux d'intérêt négatifs, même 
lorsque l'économie commencera à se redresser", a déclaré 
Yasuhiro Sato, directeur général de Mizuho. 
    Les banques tentent de compenser la baisse croissante des 
rendements des créances par des commissions, prélevées par 
exemple sur la vente de fonds communs de placement à une 
clientèle de particuliers ou sur du conseil aux entreprises. 
Mais ces nouvelles activités ne sont pas encore un moteur de 
croissance des profits. 
    La troisième banque du Japon, Sumitomo Mitsui Financial 
Group (SMFG)  8316.T , a publié pour sa part au premier semestre 
un bénéfice en repli de 7,5% à 359,2 milliards de yens, pour les 
mêmes motifs que ses concurrentes. 
    L'encours des crédits à l'étranger a augmenté de 9 milliards 
de dollars (8,35 milliards d'euros) à 201 milliards de dollars 
en septembre, la progression étant particulièrement notable aux 
Amériques. Les prêts en Asie hors Japon ont en revanche diminué 
sur la période avril-septembre. 
    "Nous sommes actuellement quelque peu prudents sur la prise 
de risque crédit en Asie", a déclaré le président Koichi Miyata. 
    Les trois banques japonaises ont maintenu leurs prévisions 
de bénéfice net sur l'exercice fiscal annuel, à 850 milliards de 
yens pour MUFG, 600 milliards de yens pour Mizuho et 700 
milliards de yens pour SMFG.   
 
 (Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant