Les gonocoques de plus en plus résistants

le
0
En raison d'un relâchement du recours systématique aux préservatifs et du fait de la pratique du sexe oral, le gonocoque prospère.

C'est la principale infection en hausse chez les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes comme chez les hétérosexuels, en raison d'un relâchement du recours systématique aux préservatifs et du fait de la pratique du sexe oral. «En effet, le gonocoque peut très bien s'installer dans la gorge, sans donner le moindre symptôme, souligne le Pr Michel Janier (hôpital Saint-Louis). Et même en cas d'infection sexuelle, il peut évoluer longtemps en silence chez la femme, avant de provoquer une éventuelle stérilité. Il n'y a finalement que chez l'homme qu'il passe difficilement inaperçu, provoquant l'apparition de brûlures urinaires et de pus (d'où son surnom de chaude-pisse). L'arrivée de nouveaux tests diagnostiques très fiables (tests PCR reposant sur la biologie moléculaire d'amplification), permettant de rechercher simultanément chlamydia et gonocoque, est donc une bonne nouvelle, mais pour l'instant, ces tests ne sont pas encore reconnus par la Sécurité

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant