Les globe-trotteurs blogueurs tiennent salon à Paris

le
0
Les globe-trotteurs blogueurs tiennent salon à Paris
Les globe-trotteurs blogueurs tiennent salon à Paris

D'habitude, ils racontent leurs voyages sur un ordinateur, entre deux étapes de leurs périples, à des lecteurs qui vivent leurs aventures par procuration. Au Salon du Tourisme, à Paris, quelques-uns de ces globe-trotteurs blogueurs ont pu rencontrer le public.Certains ont mis leur vie entre parenthèses le temps d'un congé sabbatique, d'autres carrément tout plaqué, pour aller parcourir la planète.En 10 mois, Pierre Malleret, consultant en télécom, a fait Paris-Melbourne à vélo en traversant 21 pays.De son blog, il a tiré un livre intitulé "Vers l'inconnu à vélo". Plusieurs exemplaires s'empilent sur la petite table où le jeune homme a étalé une grande carte du monde retraçant son aventure. Il vient d'en vendre un à un quadragénaire en quête d'inspiration."Je ne voulais pas faire ce voyage tout seul, alors j'ai cherché sur internet et trouvé deux partenaires. On est partis à trois", explique Pierre, 28 ans, à une étudiante qui prend des notes dans un petit carnet."Ca vous a coûté combien?", demande-t-elle. "8.000 euros, y compris le vélo et le billet retour en avion depuis l'Australie", précise Pierre.Sur la cloison du stand, Olympia Dubischar a accroché ses photos. A 43 ans, elle explique en avoir passé 17 dans l'audiovisuel avant de changer de vie pour vivre sa double passion: les voyages et la photo.Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, République dominicaine, puis Thaïlande, Vietnam... Elle tenait son blog une fois par semaine et postait "plein de photos" sur internet."Je suis partie seule et j'avais besoin de partager. Au départ je voulais faire une sorte de guide pratique mais mon blog est vite devenu très personnel", confie Olympia, qui expose ses photos et aimerait arriver à vivre de ce métier.Sur le stand, certains curieux lui demandent comment elle faisait, toute seule, dans des pays parfois peu évidents."Les gens sont fascinés. J'explique que je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant