Les gérants décidés à maintenir leurs stratégies

le
0
(NEWSManagers.com) -
Le secteur de la gestion d'actifs semble avoir fait son deuil d'horizons plus cléments. Tout en se préparant à de nouvelles turbulences, au moins dans la première partie de l'année, les gérants interrogés par Cerulli Associates en Asie, en Europe et aux Etats-Unis (représentant au total plus de 10.000 milliards de dollars d'actifs sous gestion) semblent bien décidés à ne pas modifier leurs stratégies pour autant.

Ce qui ne veut pas dire qu'elles ne vont pas s'adapter si les marchés restent durablement déprimés. Dans un tel contexte, les pressions sur les coûts pourraient s'accentuer. Les gérants interrogés ne croient pas toutefois que ce thème des coûts puisse guider les projets des sociétés. L'augmentation des coûts est souvent liée à des stratégies de développement, comme chez Natixis qui souhaite générer 50% de ses bénéfices sur des marchés autres que les Etats-Unis ou la France.

De son côté, James Thorneley, responsable de la communication du groupe chez Aberdeen Investment Management, l'attention aux coûts peut entraîner des fusions de fonds secondaires mais ces économies peuvent être compensées par le lancement de nouveaux fonds.

Et Aberdeeen n'est pas la seule société à surfer sur la nécessité de réaliser des économies pour réfléchir à de nouveaux produits, plus sophistiqués et aussi mieux margés. " Les clients recherchent des solutions produits qui ne restent pas figées sur une classe d'actifs, mais affichent un profil de risque très sophistiqué" , relève Daniel Lehman, chez des produits pour l'Europe chez Allianz Global Investors. " Nous avons un gérant aux Etats-Unis qui utilise des stratégies de couverture d'options sur des indices actions, qui fonctionnent très bien" , ajoute-t-il.

De son côté, Carlo Cavazzoni, responsable de la distribution internationale chez Generali Investments, estime que " la volatilité est une classe d'actifs avec laquelle il faut bien vivre? Nous voyons un potentiel énorme dans les activités de gestion actif-passif (ALM) et dans tous les services annexes, tels que les investissements sous contrainte de passif (LDI)" .
En termes de distribution, après une année 2011 difficile, 2012 ne se présente pas sous les meilleurs auspices, si bien que les sociétés de gestion vont attacher une attention particulière à la gestion de la relation client et à la gestion de la marque.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant