Les gérants de hedge funds devraient être plus attentifs à la réglementation

le
0
(NEWSManagers.com) - Les gérants de hedge funds, qui sont de plus en nombreux à vouloir lancer des fonds Ucits alternatifs (aussi dénommés " Newcits" ), devraient toutefois rester très attentifs à une réglementation en perpétuelle évolution, estime Cerulli Associates dans une étude publiée le 8 février consacrée aux produits complexes.

Les gérants devront notamment envisager l'abandon de la vente à découvert directe, quasi unanimement considérée comme une technique contre-productive. " Il est peu probable que les régulateurs des fonds Ucits tolèrent que la marque soit compromise d'une façon ou d'une autre" , estime BarBara Wall, director chez Cerulli Associates. " Alors que certains gérants ont réussi à contourner l'interdiction de la vente à découvert, leurs intérêts pourraient être mieux servis en utilisant des stratégies autres que la vente à découvert au sein de la structure complexe du fonds Ucits afin de sécuriser du rendement" , ajoute-t-elle.

Les critiques se concentrent également sur l'utilisation des dérivés, principalement les ETF synthétiques, dans les fonds Ucits alternatifs. Cerulli relève que les dernières statistiques sur les ETF en 2011 signalent une aversion aux ETF synthétiques, non pas en raison de problèmes de performance mais surtout en raison de préoccupations réglementaires.

" Dans le climat actuel, les gérants devraient redoubler d'attention sur la satisfaction de la clientèle, leur besoin de liquidités et, avant tout, la transparence" , remarque Barbara Wall. Autrement dit, plutôt que de se distinguer avec des produits complexes à forte composante d'alpha, les gérants de hedge funds feraient mieux de se concentrer sur la simplicité et les stratégies faciles à comprendre, dans la lignée de ce que souhaitent les régulateurs et les distributeurs.
Des régulateurs qui, en Europe, envisagent d'ailleurs de distinguer les fonds Ucits en produits complexes et non complexes. L'initiative, qui n'a pas soulevé l'enthousiasme, ne devrait pas toutefois empêcher l'essor du segment des fonds Ucits alternatifs, qui a progressé de 60% depuis fin 2009 à près de 128 milliards d'euros et qui pourrait doubler de taille dans les douze prochains mois. Certains estiment que d'ici à 2020, le segment des Ucits alternatifs pourrait atteindre 1.200 milliards d'euros.
La croissance viendra pour l'essentiel des fournisseurs de hedge funds plutôt que des acteurs traditionnels qui sont actuellement à l'origine de l'essentiel de l'offre. Selon Richard Day, COO de ML Capital, estime que le segment a besoin d'une offre de produits plus diversifiée ainsi que d'une plus grande variété de gérants expérimentés. De son point de vue, la demande concerne notamment les managed futures, les stratégies " macro systemic" et discrétionnaires, notamment de la part des investisseurs du Moyen-Orient.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant