Les gérants d'actifs français s'exportent de plus en plus

le
0

(NEWSManagers.com) - Les performances réalisées par les sociétés de gestion françaises en matière d'exportation de leur activité en dehors des frontières hexagonales est un des aspects peu connus de l'industrie mais pourtant en croissance rapide et régulière. Tel est le constat de l'Autorité des marchés financiers ( AMF) dans le cadre de son panorama 2014 des sociétés de gestion publié ce 30 juillet. Cette vitalité et cette capacité des sociétés de gestion françaises à prendre des parts de marché à l'international s'illustrent notamment par une utilisation toujours élevée des passeports " out " européens, portée par l'engouement suscité en France par la mise en place de la directive AIFM, note l' AMF.

Ainsi, à la fin de l'année 2014, plus de 300 sociétés de gestion étaient agréées au titre de la directive, relève le régulateur. En 2014, 183 passeports ont ainsi été délivrés aux sociétés de gestion françaises, dont 106 au titre de la directive AIFM en vue de gérer des fonds d'investissement alternatifs (FIA) étrangers. De même, 819 passeports " out " commercialisation ont été notifiés en 2014 pour la commercialisation de produits UCITS et FIA hors de France, selon l'AFM. Autre point saillant : 18 milliards d'euros de FIA de pays tiers étaient gérés en direct par les gestionnaires français à la fin de l'année 2014. Enfin, l' AMF observe un " taux extrêmement faible de délocalisations de sociétés de gestion " , avec seulement deux retraits d'agrément pour ce motif en 2014, ce qui traduit " la faculté de la place de Paris de demeurer un acteur principal matière de gestion, capable de diffuser depuis la France son expertise et ses produits " .

Par ailleurs, l' AMF dresse un état des lieux du marché français. Elle note ainsi que le nombre de sociétés de gestion de portefeuille agréées en France s'est établi, au 31 décembre 2014, à un nouveau niveau record de 634. " Et la tendance pour l'année en cours laisse présager – sauf événement majeur au cours du second semestre 2015 – d'un nouveau record en fin d'année " , avance L' AMF. Pour autant, le régulateur estime que ce record est en trompe l'oeil. Selon, l' AMF, l'entrée en vigueur de la directive AIFM a en effet joué un rôle significatif, en 2014, avec l'inclusion dans l'univers des sociétés de gestion de portefeuille de nombreux acteurs déjà présents dans le domaine de la gestion d'actifs (12précisèment, soit 25% du total des nouveaux agréés). Le régulateur souligne aussi que " demeure le risque d'un marché très fragmenté, tant la part des sociétés de taille modeste est, en nombre d'unités, prépondérante dans le paysage français de la gestion d'actifs " .

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant