Les gérants alternatifs s'inquiètent de la réglementation

le
0

(NEWSManagers.com) - Plus d'un tiers (36 %) des gérants de fonds alternatifs estiment que le contrôle plus strict exercé par les régulateurs est le vecteur principal des changements affectant le secteur des fonds alternatifs, selon une étude de State Street Corporation.

Menée auprès de 400 gérants de hedge funds, de fonds de private equity et de fonds immobiliers en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, l'enquête montre que pour près de quatre participants sur dix (38 %), l'adaptation à la réglementation constitue un défi majeur pour leur organisation dans les cinq prochaines années.

En Europe, la directive AIFMD est la préoccupation majeure des gérants de fonds alternatifs, plus de la moitié des participants (54 %) ayant identifié les dispositions relatives à la rémunération comme préjudiciables

.

Aux États-Unis, c'est la loi Dodd Frank que les gérants considèrent comme leur plus grand défi réglementaire, près de deux-tiers des participants (64 %) estimant que l'enregistrement des fonds privés et les dispositions relatives à Form PF ont un impact négatif sur leur activité

En Asie, la loi FATCA vient en tête des préoccupations d'ordre réglementaire, 40 % d'entre eux jugeant son impact négatif pour leurs activités.

Des trois classes d'actifs, les gérants de fonds de private equity sont les moins préoccupés par la réglementation, celle-ci étant considérée comme un défi majeur par 27 % d'entre eux comparé à 41 % des gérants de hedge funds et 40 % des gérants de fonds immobiliers.

Enfin, sur le plan géographique, l'enquête montre que les gérants en Europe sont les plus affectés par l'impact de la réglementation, celle-ci représentant le plus grand défi pour la moitié des participants (50 %), soit presque deux fois plus que les gérants en Asie (26 %) et largement plus que les gérants aux États-Unis (35 %).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant