Les géants de la pomme de terre accusés d'entente

le
0
INFO LE FIGARO - Un petit producteur a saisi la DGCCRF pour contester les critères de l'appellation «vapeur à l'eau». Selon lui, la classification imposée par l'interprofession crée une barrière à l'entrée.

Rififi chez les pros de la patate. Les «pommes de terre à l'eau» et «pommes de terre vapeur» sont au c½ur d'une guerre picrocholine déclarée par un petit producteur, Van Rijn France. Ce collecteur de plants estime que les variétés qu'il développe, «Pépite» et «Printaline», devraient pouvoir être classées dans ces catégories. L'enjeu est important: en grandes surfaces, les pommes de terre estampillées «vapeur/à l'eau» sont vendues plus cher (1,14 euro le kilo) que celles destinées à être cuites au four ou à terminer en potage, purée ou frites (0,81 euro le kilo). Mais le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIPT), en charge de la classification, conteste ce droit à Van Rijn France.

Accusant le CNIPT d'avoir posé une barrière...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant