Les gazoducs et oléoducs, priorités énergétiques de l'Union européenne

le
0
(Commodesk.com) L'Union européenne investit 9 milliards d'euros de son budget sur ses infrastructures énergétiques, pour les sécuriser et les adapter aux aléas climatiques et à l'évolution de sa demande. La priorité sera donnée aux projets de gazoducs et d'oléoducs, à l'exemple du "corridor Sud pour le gaz", la nouvelle voie de transit entre le bassin caspien et l'Europe, qui sera financée entre 50 et 80% grâce à ce fonds. Mais cette orientation sélective ne plaît pas à tout le monde. L'eurodéputé Verts Claude Turmes (Luxembourg) parle d'une "distorsion évidente entre le gaz (en choisissant Nabucco entre autres) et les énergies renouvelables", avec un ratio de quatre contre un, en ce qui concerne les corridors qui seront soutenus. "La Commission 'regarde en arrière' et vers les carburants fossiles, au lieu d'aider à la transition vers une économie basée sur les énergies durables". De son côté, le président de l'Association européenne de l'énergie éolienne (EWEA), Christian Kjaer, espère que ce package ne se substituera pas aux 2,5 milliards d'euros déjà promis à l'industrie de la capture et du stockage du carbone (CCS). Et les Amis du 'super réseau' (FOSG) saluent le plan, qui représente "des progrès significatifs en vue de la création d'un véritable marché intérieur de l'électricité en Europe d'ici à 2020". L'argent sera accessible via des subventions, des garanties d'emprunts et les nouvelles euro-obligations, émises en partenariat avec la Banque européenne d'investissement. En tout, l'UE a prévu de consacrer 200 milliards d'euros à ses infrastructures dans les 10 prochaines années.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant