Les gardiens de phare disparaissent en France

le
0
VIDÉO - Dernier jour de relève pour Jean-Paul Eymond et Serge Andron qui travaillaient depuis 35 ans dans le phare de Cordouan, situé au large des côtes girondines et charentaises.

C'est la fin d'une époque. Jean-Paul Eymond et Serge Andron, les derniers gardiens de phare en France, ont remis vendredi la clef de Cordouan, le plus ancien phare du pays, situé à 7 km des côtes de Charente-Maritime et de Gironde. Après 35 ans de service, leur profession disparaît avec leur départ à la retraite.

Les deux hommes passaient jusqu'à 14 jours d'affilée dans ce phare de 67,5 mètres de hauteur, mis en service en 1611. Les gardiens, arrivés en 1977 dans l'édifice, vivaient dans des chambres de 16 m2, aux grandes fenêtres sans vue sur l'océan puisqu'elles donnent sur une cour intérieure. À cette époque il n'y avait pas de téléphone (il n'a été installé qu'en 1982) et seule une liaison radio une fois par jour reliait les gardiens au continent, a expliqué Jean-Paul Eymond dans une interview à Sud-Ouest. Depuis l'automatisation du phare, leur quotidien, ces dernières années, était fait essentiellement de tâches de maintenance. Ils assuraient également

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant