Les Galeries Lafayette partent à l'assaut du marché chinois

le
0

Les Galeries Lafayette ont inauguré avec faste vendredi à Pékin leur cinquième magasin hors de France, avec l'ambition d'en faire une vitrine de "l'art de vivre à la française" sur un marché chinois de la mode en plein essor.

Sur l'avenue Xidan, à l'ouest de la Cité interdite, une Tour Eiffel miniature signale l'entrée du magasin de six étages, qui se veut la tête du pont du groupe dans le pays -- quinze ans après une première et brève tentative avec une petite surface en franchise.

Les Galeries version pékinoise disposent d'une surface de vente (32.000 m2) représentant un peu moins de la moitié de celle du magasin du boulevard Haussmann à Paris, et reproduisent avec des éclairages LED le dôme emblématique du bâtiment parisien.

Avec ses parquets de chêne et ses moulures aux murs, le site pékinois cherche à se distinguer par son atmosphère de la constellation des centres de commerciaux géants et boutiques monomarques de la métropole chinoise.

"Nous sommes avant tout un magasin de mode, et nous proposons une gamme de produits dont les prix vont de l'accessible au premium", a déclaré à la presse Philippe Houzé, président du directoire du groupe Galeries Lafayette, détenu par la famille Moulin.

Il assure vouloir toucher des clients "curieux des tendances" sans disposer d'importants moyens, aussi bien que les passionnés de mode et acheteurs fortunés, et il met en avant le choix de Xidan, quartier commercial moyen de gamme très fréquenté par la jeunesse pékinoise.

De fait, les 500 marques présentées ne se résument pas aux griffes de luxe, de Bottega Veneta à Givenchy, mais comptent aussi une cinquantaine de "nouvelles marques françaises" (dont Carven, Sandro, The Kooples...) et un large nombre de créateurs asiatiques.

"Il y a ici 200 marques qui font leur entrée avec nous en Chine. L'idée est de proposer un mélange entre les marques déjà bien établies depuis longtemps sur ce marché et des designers nouveaux" ou moins connus, a expliqué à l'AFP Laurent Chemla, directeur du groupe en Chine.

Selon lui, les Galeries proposent ainsi "la plus large sélection de chaussures en Chine".

Le nom des Galeries Lafayette -- dont la traduction en mandarin, "Laofoye", reprend le titre adressé traditionnellement à la mère de l'Empereur -- est bien connu des Chinois.

Elles constituent en effet une étape incontournable des touristes de passage à Paris, désireux d'y acquérir lors d'une visite-éclair des articles de luxe -- à des prix plus attractifs qu'en Chine où ils sont lourdement taxés.

Ils pourront retrouver à Pékin les impressions visuelles mais également gustatives de leur expérience parisienne: 7.000 m2 sont ainsi consacrés à des espaces de restauration, dont le salon de thé Angelina, présent pour la première fois en Chine.

Et un peu de la magie de Paris était apporté à la soirée d'inauguration vendredi par la présence de la comédienne Audrey Tautou -- dont le film "Amélie Poulain" avait remporté un immense succès populaire en Chine.

"Nous arrivons au bon moment. Si on excepte une élite qui voyage beaucoup, il y a en Chine un large public qui désire en apprendre davantage sur la mode, qui a soif de découvertes", a encore souligné Philippe Houzé.

En dépit du récent ralentissement des ventes en Chine, sur fond de mouvement anti-corruption lancé par le gouvernement, le pays reste un marché incontournable pour l'industrie du luxe et de la mode.

Selon une enquête du Boston Consulting Group (BCG), la classe chinoise aisée va plus que doubler d'ici à 2020, et son essor permettra au pays de devenir dès 2015 le premier marché mondial pour le luxe.

Pour le magasin pékinois, qui représente un investissement total de 42 millions d'euros, les Galeries Lafayette se sont associées en coentreprise avec I.T. Limited, spécialiste hongkongais de la distribution de marques de mode, et les deux partenaires ont pour objectif d'ouvrir ensemble une quinzaine d'antennes en Chine.

Le réseau des Galeries Lafayette compte désormais 65 magasins, dont cinq à l'étranger: Berlin, Casablanca, Dubaï, Jakarta (depuis juin dernier) et désormais Pékin.

Le groupe, qui a enregistré en 2012 un chiffre d'affaires de 3,7 milliards d'euros en ventes de détails, a indiqué avoir l'intention d'ouvrir cinq autres magasins à l'étranger d'ici à 2017.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant