Les galériens de la présidentielle

le
0
Ils pensaient s'imposer dans le débat. Mais ils sont crédités de 0,5 à 4 % dans les sondages. Et ils n'arrivent pas tous à décrocher les 500 parrainages indispensables à leur candidature. Voici pourquoi les petits candidats rament.
- La quête des 500 signatures

De l'avis de tous les petits candidats, c'est le sujet majeur de leurs préoccupations en ce moment. La quête des 500 parrainages. Tous racontent l'extrême difficulté qu'ils ont en 2012 à parvenir à rassembler ces signatures. Sans ces précieux sésames, la course s'arrête le 16 mars. Alors chacun se débrouille par ses propres moyens. Sur les 150.000 euros que Corinne Lepage a engagés dans cette pré-campagne, plus de la moitié l'ont été pour tenter de décrocher les parrainages. Agence de communication, campagne de fax, de phoning... Ils sont près de 30 bénévoles à ne faire que cela. Résultat des courses, fin janvier, la candidate avait entre 350 et 400 parrainages. Encore loin du compte.

Las de voir ses équipes revenir bredouilles, Christine Boutin a pris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des maires et les convaincre de lui donner leur signature. «J'ai dit que je ferai le chemin de Compostelle jusqu'à la frontière espag

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant