Les fusions et acquisitions en berne ?

le
0

(lerevenu.com) - Dans sa troisième édition, l'étude «Doing the deal» effectuée par NetJets Europe ne reflète pas un grand optimisme des 175 spécialistes des rapprochements d'entreprises interrogés, dans la finance, l'audit et les cabinets d'avocats, pour 2013.

Un peu moins de la moitié des personnes interrogées (48 %) prévoit une hausse de l'activité fusions et acquisitions et 26% estiment que l'activité F&A se repliera en 2013, contre 8% en 2012. L'an prochain, d'après ce sondage, l'augmentation des transactions est estimée à 227 milliards d'euros en valeur, ce qui porterait le montant total à plus de 1.700 milliards d'euros, soit un recul de 300 milliards par rapport aux prévisions de 2012.

NetJets Europe, le leader européen de l'aviation d'affaires précise que toutes les personnes interrogées ont participé à une opération de fusions & acquisitions, l'an dernier. Plus de la moitié des professionnels interrogés (55%) citent «les mesures d'austérité privilégiées par les pouvoirs publics européens comme étant la principale cause du manque de confiance».

L'étude nuance néanmoins ce pessimisme en reconnaissant que la nécessaire rationalisation des entreprises passera encore par des cessions d'actifs non fondamentaux, ce qui sera source d'activité en matière de rachats d'entreprises en 2013.

Par ailleurs, le sondage relève qu'une poussée d'activité de fusions et acquisitions est à attendre au Brésil et en Inde. Les États-Unis, l'Inde et le Brésil demeurent «parmi les cinq marchés les plus attrayants pour la conclusion de transactions, du fait de l'envergure ou de la maturité de leurs marchés de fusions-acquisitions ou de leur vigueur dans certains domaines comme la technologie, les ressources naturelles ou la main d'oeuvre qualifiée (59%)», analyse l'étude de NetJets.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant