Les frontistes d'Hénin-Beaumont : « Oui, on est chez nous »

le
0
Catherine Jacob dans le film de Lucas Belvaux, « Chez nous ».
Catherine Jacob dans le film de Lucas Belvaux, « Chez nous ».

Dans le Pas-de-Calais, des spectateurs réagissent sur le film de Lucas Belvaux.

La directrice du Cinéville d’Hénin-Beaumont, ville du Pas-de-Calais dirigée par le Front national depuis 2014, se serait bien passée du rassemblement organisé devant son cinéma mercredi 22 février dans l’après-midi. Dix militants de la toute nouvelle section du FNJ (Front national de la jeunesse) de Méricourt (Pas-de-Calais), armés de drapeaux français, ont distribué des tracts et brandi une banderole « Oui ! On est chez nous ! ». Un message lancé au réalisateur du film Chez nous, Lucas Belvaux. « On a souhaité manifester contre ce film anti-frontiste, explique Laurent Dassonville, conseiller municipal à Méricourt et responsable du FN sur le canton d’Avion, commune située à trois kilomètres de Lens. Il est fait pour nuire à la campagne de Marine Le Pen. »

A l’occasion de la sortie de Chez nous, réalisé sur les terres nordistes, ces militants ont donc fait entendre leur colère – même si aucun d’entre eux n’a vu le film. « Je ne vais pas aller enrichir une production anti-FN qui nous fait passer pour des racistes et des fascistes », lance Laurent Dassonville, qui a vu « suffisamment » d’extraits sur Internet.

Ce professeur de judo en a marre de l’étiquette de raciste qui colle à la peau des membres du FN. « J’ai toujours enseigné le même judo aux Portugais, aux Français, aux Marocains : je ne vois pas en quoi je suis raciste ! » Avant d’insister : « Le producteur du film ferait mieux de s’occuper de ce qui se passe chez lui, en Belgique. Allez voir à Menin ou à Mouscron, ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant