Les Frères musulmans visent la présidence égyptienne

le
0
Lancés dans une course pour le pouvoir avec l'armée, les islamistes bousculent leur agenda politique.

Ironie du sort, c'était une promesse de Khairat el-Shater lui-même, formulée en avril 2011, quelques semaines après la révolution de janvier, pour rassurer les Égyptiens et au-delà les puissances occidentales: les Frères musulmans, respectueux de l'équilibre des pouvoirs démocratiques, ne présenteront pas de candidat à la présidentielle.

Pourtant, un an plus tard, la position officielle des Frères change du tout au tout. Samedi soir, la confrérie a annoncé qu'elle se rangeait derrière son numéro deux, le puissant homme d'affaires Khairat el-Shater, pour briguer la fonction suprême, dont l'élection aura lieu le 23 mai prochain. Élu par le Conseil consultatif, par 56 voix contre 52, cet homme à la silhouette de géant, connu pour être le gestionnaire, voire l'une des sources de financements de la confrérie, a démissionné dans la foulée de son poste d'adjoint au guide suprême. Quels motifs peuvent justifier un tel revirement? Dans le communiqué du parti Liber

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant