Les frégates du Pirée ne peuvent plus défiler en paix?

le
0
Panos Panagiotopoulos, le ministre grec de la Défense, a été fraîchement accueilli lors de la célébration du centenaire des guerres balkaniques.

En se rendant sur le port du Pirée jeudi, pour célébrer le centenaire des guerres balkaniques, Panos Panagiotopoulos, le ministre grec de la Défense, avait décidé d'oublier un peu la crise. Le défilé de frégates, de sous-marins et autres bateaux de guerre était prêt. Mais c'était sans compter sur la colère des ouvriers du chantier naval de Skaramanga, au sud d'Athènes, non payés depuis des mois. Ils ont accueilli de pied ferme le ministre sur le port mythique, en l'injuriant et en scandant «voleur, voleur, vous utilisez du pétrole pour faire défiler les bateaux alors que nous crions famine!».

L'intégralité de la population se dresse contre l'austérité

Au même moment, une centaine d'entre eux faisait irruption au ministère de la Défense, en détruisant les barrières à l'entrée du Pentagone grec, gardé par un seul policier. Une brigade antiémeutes a alors été dépêchée, gaz lacrymogènes à la main, pour tenter de rétablir l'ordre. En 2010, l'Etat grec s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant