Les Free Burma Rangers, ces humanitaires qui combattent Daech

le
0
David Eubank, le chef des Free Burma Rangers, sauve une petite fille blessée à Mossoul.
David Eubank, le chef des Free Burma Rangers, sauve une petite fille blessée à Mossoul.

À Mossoul, les moines-soldats ont trouvé leur chef : David Eubank, 57 ans, ancien major dans les forces spéciales américaines et catholique convaincu. Ce père de trois jeunes enfants - qu'il n'hésite pas à emmener sur le terrain - mène à Mossoul une mission humanitaire un peu particulière. Si l'organisation non gouvernementale (ONG) explique vouloir apporter « de l'aide, de l'espoir et de l'amour » aux populations menacées, les Free Burma Rangers n'hésitent pas à utiliser les avions de chasse américains et les tanks irakiens pour nettoyer les positions ennemies avant de récupérer les civils blessés. D'ailleurs, la plupart des rangers savent très bien comment se servir d'une kalachnikov. Plusieurs d'entre eux sont d'anciens marines, d'autres sont d'ex-guérilleros birmans, et tous savent appliquer les premiers soins, voire guérir une blessure de guerre.

De la jungle birmane à l'enfer de Mossoul

Les FBR sont peu connus, mais ils n'en sont pas à leur coup d'essai. Si David Eubank et ses missionnaires ont investi l'Irak en février 2015, l'organisation existe depuis 1997. À l'origine, elle a été créée pour apporter de l'aide aux minorités persécutées par le régime birman, dans les zones les plus reculées du pays. Là où les ONG traditionnelles n'osaient pas s'aventurer, David Eubank et sa bande passaient sans problème.

Il faut dire que l'ancien soldat connaît bien la région. Il a passé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant