Les francophones accusés d'être de mauvais Suisses

le
8
Les germanophones accusent les francophones de ne pas être de bons Suisses.
Les germanophones accusent les francophones de ne pas être de bons Suisses.

Mercredi, dans la Basler Zeitung, quotidien qui lui appartient, Christoph Blocher, l'homme fort de l'Union démocratique du centre (UDC), à l'origine de la votation contre "l'immigration de masse", déclare : "Die Welschen hatten immer ein schächeres Bewusstsein für die Schweiz", que l'on peut traduire par : "Les francophones (ou Suisses romands) ont toujours eu une conscience nationale plus faible." Outre la gravité des propos, il faut souligner que Christoph Blocher, leader du principal parti de Suisse, utilise le mot "Welsches" pour nommer des Suisses qui parlent français. À l'origine, "Welsch" est un mot allemand qui désigne l'"étranger du sud". En Suisse, c'est le surnom familièrement donné par les Suisses alémaniques aux Suisses francophones. Pour Pierre Ruetschi, le rédacteur en chef de La Tribune de Genève, Christoph Blocher considère que les francophones, "citoyens de seconde zone", ne sont "qu'à moitié suisses". La frontière de "röstis" "M. Blocher, nous sommes Suisses", titre La Tribune de Genève ; "Vous n'avez pas le monopole de l'identité, monsieur Blocher", proteste Le Temps. Il a suffi que les francophones votent très majoritairement contre le retour des quotas pour les étrangers, alors que les Alémaniques les approuvaient, pour que la Confédération retrouve ses vieux démons. Le mot est ressorti, c'est le "Röstigraben", ou frontière de "röstis", une spécialité culinaire de Suisse...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le jeudi 27 fév 2014 à 19:33

    Où il sera écrasé d'impôts, il rentrera vite dans le rang.

  • pierry5 le jeudi 27 fév 2014 à 19:32

    Les francophones de Suisses sont un peu socialo et ne suivent généralement pas le mouvement de la majorité des habitants de la confédération. C'est un peu comme un enfant gâté qui vent faire autre chose. Il n'a qu'à faire une chose pour se rendre compte, qu'il émigre en Italie, France Belgique ou même Allemagne où il ser

  • M7163258 le vendredi 14 fév 2014 à 15:04

    Le temps: très bon journal, bien au-dessus d'une bonne partie de la presse Française partisane.

  • delapor4 le vendredi 14 fév 2014 à 15:02

    A bas les peuples dit la super-classe mondiale, à bas la super-classe mondiale disent aujourd'hui les peuples.

  • delapor4 le vendredi 14 fév 2014 à 14:59

    L'oligarchie mondialiste, dont Le Temps est un media fidèle, fait une petite crise de nerf...

  • frk987 le vendredi 14 fév 2014 à 10:18

    La Suisse n'est pas une nation (comme la France du reste), chaque communauté est hermétiquement étanche, (comme la France), mais la différence c'est qu'ils pratiquent un mariage de raison alors que nous on pratique une cohabitation forcée !!!

  • M8603854 le vendredi 14 fév 2014 à 10:10

    Sauvons la Suisse d'elle-même, envahissons Genève pour fêter l'anniversaire de la Grande Guerre!

  • M4426670 le vendredi 14 fév 2014 à 09:32

    Finalement, il n'y a pas qu'en France que l'invective tient lieu d'argument!