Les Français vont consacrer 2233 euros pour leurs vacances d'été

le
3

Un budget légèrement en hausse par rapport à l'année dernière, mais qui ne profitera qu'au 57% des Français qui envisagent de s'offrir des vacances cet été. Les séjours dans l'Hexagone sont privilégiés.

Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience la pause estivale. Pourtant, seuls 57% des Français pensent partir en vacances cet été, révèle le baromètre Europ Assistance publié ce mercredi, contre 63% l'année précédente. Ils sont même 20% à déclarer ne pas partir du tout. Au niveau européen, seuls 54% des vacanciers ont l'intention de profiter de cet été, soit 7 points de moins qu'en 2015.

En cause principalement, les contraintes budgétaires. «On constate une érosion des intentions de départs essentiellement due au contexte économique, explique Béatrice Ogée, directeur général d'Europ Assistance France. Une part des Français les plus modestes renoncent à partir». Même constat du côté des professionnels du secteur. «Nous mesurons un retard de 5% environ des commandes fermes par rapport à l'année dernière, confirme Richard Soubielle, vice-président des Entreprises du voyage (ex-SNAV), qui ajoute qu'il faudra attendre la fin du mois de mai pour avoir une tendance plus claire. Il y a un phénomène d'attentisme, dû aux facteurs économiques, mais aussi au facteur météorologique. En principe, dès que les beaux jours arrivent, les commandes vont repartir pour les séjours en France».

Côté destinations, «les vacances dans son propre pays prédominent», note l'étude. Cela sera le cas pour 64% des Français, quand 13% d'entre-eux privilégient l'Espagne et 8% l'Italie.Chose nouvelle cette année, le risque d'attentats n'est plus le premier facteur influant sur le choix de la destination. Le climat est désormais la première préoccupation des vacanciers français. «Deux événements peuvent aussi expliquer cet attentisme, note Richard Soubielle. L'Euro se déroule chez nous donc les gens restent en France. Il y a ensuite les jeux olympiques, période durant laquelle les vacanciers ne bougent pas, à l'exception de ceux qui se rendent dans les pays organisateurs.» Le professionnel remarque également une forte hausse des réservations pour Cuba: «il s'agit en fait d'un phénomène de nouveauté», explique-t-il.

Si les intentions de départ baissent, le budget lui, augmente très légèrement pour atteindre 2233 euros, contre 2181 en 2015. Une somme qui s'inscrit dans la lignée du budget moyen européen de 2247 euros, mais supérieur à celui des Américains, qui s'élève à 1892 euros en moyenne, et celui des Brésiliens, 905 euros, précise l'étude. «Ce budget français augmente par rapport à l'année dernière mais revient en fait à son niveau de 2014, détaille Béatrice Ogée. Les personnes qui ont l'intention de partir correspondent à des ménages aisés. De plus, on part en moyenne 2,5 semaines, contre 4 auparavant». Les Italiens sont ceux qui partent le moins en Europe, avec en moyenne 1,8 semaine.

Organiser soi-même ses vacances

Et pour les chanceux qui pourront partir en vacances, le repos est leur priorité. Ils sont 45% des sondés à souhaiter simplement avoir l'esprit tranquille, et 43% à vouloir se retrouver en famille et avec des amis, note l'étude.. Un trio d'activité - le repos, être en famille et partir à la découverte - que l'on retrouve quel que soit le pays d'origine de la personne interrogée. Pour se loger, les Français privilégient à 38% la location d'appartement où de maison, à 30% le logement - gratuit - chez des amis, de la famille ou dans une maison de famille et à 18% l'hôtel. Une particularité de l'Hexagone puisque tous les autres pays sondés favorisent l'hôtel en premier choix de logement. «C'est une spécificité bien française de réserver par soi-même et d'organiser les vacances de cette manière, ajoute Béatrice Ogée. Les Français utilisent aussi beaucoup les moyens collaboratifs pour louer leur logement, leur voiture, etc». Et s'il est encore trop tôt pour s'inquiéter, au point d'attirer les touristes à coup d'offres promotionnelles, les professionnels estiment qu'il est tout de même «temps de susciter l'envie de partir» chez les vacanciers pour que la saison soit réussie.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CDT38 il y a 7 mois

    pour la classe politique sans aucun doute et même rajouter 1 ou 2 zéro, pour les autres c'est pas sur du tout!!!!.....Comment peut on sortir de telles âneries Mrs du Figaro??? avez vous visité la France profonde?? connaissez vous des sens dents?? non certainement pas, sinon vous ne permettriez pas d'avancer de telles sommes sans avoir vérifiez vos dires!!!

  • jayce003 il y a 7 mois

    Or bouffe je table sur 1200 grand maxi et on est pas parti l'année dernière.

  • M8252219 il y a 7 mois

    Pas tous !!!!!!!