Les Français veulent un blocage des prix

le
3
Un sondage réalisé pour le promoteur Nexity révèle qu'ils sont 60% à réclamer le plafonnement des loyers et 44% celui des prix de vente des logements.

Avec le bond des prix de l'immobilier constaté depuis la fin de l'année 2009, la question devient récurrente : faut-il encadrer les prix de l'immobilier? Un sondage réalisé par Ipsos pour le promoteur Nexity et publié ce mercredi dansLe parisien-Aujourd'hui en France, montre que les Français souhaitent clairement une intervention des pouvoirs publics. Près de 60% des personnes interrogées veulent ainsi que les communes interviennent pour limiter la hausse des loyers, et 44% celle des prix à l'achat. L'enquête révèle en outre que l'idéal d'une France de propriétaires a fait long feu. 81% des élus et 86% des Français lui préfèrent aujourd'hui celui d'une France de bien-logés.

Un effort collectif

Depuis quelques mois, les politiques se sont emparés du sujet après la publication de plusieurs rapports alarmants sur les conditions de logement dans l'Hexagone. Plusieurs partis de gauche, dont le Parti Socialiste, ont d'ailleurs prévu de déposer des textes en ce sens. Au grand damn de la droite - qui vient néanmoins de créer une taxe sur les chambres de bonne - et des professionnels du secteur qui crient à la démagogie. Nexity mis à part.

Alain Dinin, PDG du deuxième groupe de promotion immobilière en France, parle d'un nécessaire encadrement des prix. «La situation a atteint ses limites», explique-t-il, en précisant qu'il ne s'agit pas de fixer arbitrairement le prix du mètre carré à la vente ou à la location, car cela aurait pour conséquence de faire fuir les investisseurs et d'aggraver la pénurie.

Il estime en revanche qu'un effort doit être fait par tous les acteurs du secteur. «Les villes ou l'État quand ils sont propriétaires, doivent accepter de vendre leurs terrains moins cher, En échange, les promoteurs s'engageront à limiter leurs prix de vente», explique-t-il. Un système qui n'est pas nouveau car il a déjà été mis en place par plusieurs mairie comme Montreuil ou Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. «Je préfère vendre un peu moins cher à plus d'acquéreurs plutôt que de ne plus vendre du tout», affirme Alain Dinin.

Modification des aides

Selon des statistiques de Nexity, le volume des ventes de logements neufs va en effet chuter. De 110.000 en 2010, le nombre de transactions va revenir à 90.000 en 2011 et à 70.000 en 2012. Alain Dinin milite également pour une réforme des aides à l'acquisition, notamment le prêt à taux zéro (PTZ) qui ne remplit pas sa fonction. «J'ai évoqué avec Nicolas Sarkozy la nécessité de modifier le PTZ+, principalement pour les logements neufs dans les zones urbaines denses. Sur la base d'une enveloppe du PTZ+ constante, il faut affecter le PTZ+ aux revenus les plus modestes et le réduire fortement pour les classes moyennes supérieures», a déclaré à l'AFP, le PDG de Nexity.

La semaine dernière, le gouvernement a déjà présenté une nouvelle mouture des aides à l'amélioration des logements (crédit d'impôt et éco-PTZ). Celle-ci sera inscrite dans la loi de finance pour 2012 qui sera présentée au Conseil des ministres du 28 septembre. S'il n'est pas question pour le moment d'ajouter une nouvelle mesure au projet de loi, des sources proches du gouvernement précisent qu'il est toujours possible d'apporter des modifications plus tard, par décret.

LIRE AUSSI :

» Polémique autour de l'encadrement des loyers

» Les Français pour limiter des loyers

» Immobilier : tout ce qu'un locataire ne doit pas payer

» Une taxe sur les chambres de bonne

» Logement: Jeudi Noir veut la régulation

» Haro sur les dérives des agences immobilières

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bdstoul1 le samedi 24 sept 2011 à 17:14

    trop d'abus dans le logement, les salaires qui suivent plus. ça commence à bloquer et j'espère même un crack de l'immobilier.

  • gmalou le samedi 24 sept 2011 à 02:15

    du temps de mes parents on empruntait sur 15, voir 20 ans, ça suffisait largement. Cela permettait de partir en vacances et de consommer...

  • gacher le mercredi 21 sept 2011 à 17:50

    la meilleure régulation c'est de limiter la durée ds crédits. Pas de financement trop limite, et on aura pas de subprimes. Les prix baisseront faute d’acquéreurs.
    Tout le reste c'est de la poudre aux yeux ou de la bêtise