Les Français veulent se nourrir pour 6 euros

le
3
Selon un sondage OpinionWay pour la marque Repère de Leclerc, le coût est le premier critère d'achat pour 65% des personnes interrogées.

La crise impacte le budget alimentaire des ménages. Selon un sondage OpinionWay réalisé pour la marque Repère de Leclerc et publié ce lundi dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, sept personnes interrogées sur dix déclarent dépenser moins de 6 euros par personne et par repas, entrée, plat et dessert compris. Une proportion qui monte même à 80% dans les foyers avec enfants.

Le prix est ainsi devenu le premier critère d'achat pour une majorité de Français. 65% des personnes interrogées déclarent être d'abord attentives au prix, quand la qualité gustative d'un aliment n'arrive qu'en deuxième position. Ce sont sans surprise les ménages les plus modestes qui y sont le plus attentifs. Parmi ceux qui gagnent moins de 999 euros par mois, près de la moitié affirment choisir un produit pour son coût modique, au détriment du plaisir.

Dans ce contexte, l'origine d'un aliment et le label dont il bénéficie importent moins au consommateur, 25% des personnes interrogées seulement y étant attentives. «À ces prix-là, ils visent des produits qui restent équilibrés, mais qui ne viennent pas du marché, plutôt de la grande distribution», explique dans les colonnes du quotidien Charles-Henri d'Auvigny, le directeur général délégué d'OpinionWay.

«Chasse aux promos»

Une étude du Credoc parue en 2011 sur la consommation alimentaire des Français soulignait déjà que la crise de 2008-2009 avait renforcé le critère du prix lors de l'achat. En 2010, en raison d'une faible inflation et d'un début de reprise économique, l'importance du prix avait légèrement baissé, avant de remonter en 2011.

Selon l'office agricole français France AgriMer, qui a étudié l'impact de la crise sur l'alimentation, les Français se sont adaptés à ces plus fortes contraintes financières. En 2008 et 2009, ils ont consacré plus de temps aux courses alimentaires, comparant les prix entre marques nationales et marques de distributeurs, faisant «la chasse aux promos» ou achetant en plus grande quantité. Les ménages ont aussi remplacé certains produits frais par du sec ou du congelé et rogné sur les boissons, dont la consommation est jugée plus superflue.

Malgré ces efforts, le poids de l'alimentation a légèrement progressé pendant la crise dans le budget global des ménages, passant de 19,7% en 2007 à 19,8% en 2009. Il reste en deuxième position des plus grosses dépenses des Français, derrière le logement.

LIRE AUSSI:

» Un palmarès des grandes surfaces les moins chères

» Les hypers soignent leurs rayons produits frais

» Carrefour et Leclerc épinglés pour promotions trompeuses

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le mardi 26 juin 2012 à 02:29

    6 Euros par mois

  • alain..c le lundi 25 juin 2012 à 16:31

    bien vu chnivet , OpinionWay doit sonder que les riches. l'objectif c'est plutot 3€/repas

  • chnivet le lundi 25 juin 2012 à 15:23

    C'est difficile de trouver des articles idiots issu de sondages idiots .Considérer 6 euros par repas pour 3 personnes ça fait 1080 euros par mois .Si ça c'est un coût modique ! .La grande distribution n’arrête pas d'augmenter les prix tout en affirmant le contraire .Maintenant on veut vous convaincre que 6 euros par repas c'est pas cher .