Les Français utilisent toujours plus leur portable au volant

le
0
Val Thoermer/shutterstock.com
Val Thoermer/shutterstock.com

(AFP) - Malgré les avertissements répétés, les Français, surtout les jeunes, utilisent de plus en plus le téléphone au volant, comportement à l'origine d'un accident sur dix, rapporte l'association Prévention routière qui lance jeudi une campagne de sensibilisation.

Appels, textos, lecture de courriels, consultation d'applications ou de réseaux sociaux : devenu un outil majeur de la vie quotidienne, le smartphone a multiplié les usages du portable, entraînant une utilisation au volant en "très forte progression", constate l'association.

Selon son dernier baromètre, 58% des conducteurs interrogés en 2011 déclarent utiliser leur téléphone en conduisant, contre 23% en 2004 et 19% en 1999. Alors qu'ils étaient 80% à considérer que le téléphone au volant constituait un "véritable problème de sécurité" en 1999, ils ne sont plus que 51% en 2011.

"Le sentiment de dangerosité baisse, et plus les conducteurs font usage de leur portable, plus ce sentiment s'émousse", dit Jean-Yves Salaün, secrétaire général de la Prévention routière. "Les conducteurs relèguent l'usage du téléphone à la sphère des risques mineurs."

"On constate un opprobre beaucoup plus fort pour une conduite sous l'emprise de stupéfiants, or le nombre de morts dus à l'utilisation du téléphone est bien supérieur", résume Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

Elle évalue à 400 morts le tribut payé au téléphone sur les routes, quand le cannabis tuerait plus de 200 personnes selon les seuls chiffres fiables actuellement.

Environ 10% des accidents corporels de la route sont imputables à l'utilisation du téléphone au volant, selon le bilan 2011 de la Sécurité routière. Les évolutions technologiques ont multiplié les usages qui "sollicitent davantage les capacités d'attention du conducteur".

Le code de la route prévoit le retrait de trois points du permis et une amende de 135 euros en cas d'utilisation d'un téléphone tenu en mains pendant la conduite (oreillette et kit mains-libres ne sont pas interdits). L'infraction est jugée équivalente au franchissement d'une ligne continue.

"Constamment connectés"

La Prévention routière constate surtout que l'utilisation du téléphone au volant est plus répandue chez les jeunes, "constamment connectés" : 76% des 18-24 ans disent utiliser leur téléphone au volant en 2011, contre 44% en 2004 et 30% en 1999.

"Pour beaucoup de jeunes, l'enjeu de liberté que représente le téléphone est plus fort que la contrainte de la conduite", analyse le psychanalyste Michael Stora. "Ils privilégient avant tout le plaisir au respect du code de la route."

Ils sont d'ailleurs 74% à dire qu'ils ne comprendraient pas que tout usage du téléphone en voiture, y compris avec oreillette, puisse être verbalisé.

Face à ces chiffres "préoccupants", la Prévention routière a lancé une campagne sur internet intitulée "Au volant, je passe en mode voiture". Sur le site www.enmodevoiture.com, l'internaute se trouve plongé au coeur d'un accident grave dont il devient le principal protagoniste car il aura consulté son téléphone en conduisant.

Réagissant à la campagne, l'association 40 millions d'automobilistes, qui revendique 320.000 adhérents, se réjouit de l'action pour lutter contre le téléphone tenu en mains au volant, mais "réaffirme son opposition à toute interdiction du kit mains-libres".

"Le besoin de communication est omniprésent dans notre société. Au lieu de se battre contre des moulins à vent, cherchons plutôt à encadrer cette pratique afin de sécuriser au maximum son usage", déclare son délégué général, Pierre Chasseray.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant