Les Français se passent déjà (plus ou moins bien) des sacs en plastique

le
2

Alors que l'interdiction des sacs en plastique à usage unique entre en vigeur ce vendredi, 9 consommateurs sur 10 déclarent que les caisses de leurs commerces habituels ne proposent déjà plus de sacs jetables gratuits.

C'est fini, il ne faut plus compter sur les magasins et supermarchés pour vous fournir des sacs pour vos courses. L'interdiction des sacs en plastique donnés ou vendus quelques centimes lors du passage en caisse entre en vigueur ce vendredi 1er juillet. Il s'agit de l'une des mesures phares de la loi pour la transition énergétique portée par Ségolène Royal et promulguée en août 2015. Initialement prévue au 1er janvier 2016, son application a finalement été repoussée de six mois. Un délai bienvenu pour les commerçants qui ont ainsi pu anticiper la fin des sacs en plastique.

»» Les commerçants s'adaptent en ordre dispersé

De fait, juste avant le 1er juillet, 90,5% des Français déclaraient que les caisses de leur magasin principal n'avaient déjà plus de sacs plastique gratuits jetables, selon un sondage Toluna pour LSA. En revanche, 66,4% des consommateurs pouvaient encore trouver des sacs en plastique gratuits au rayon fruits et légumes, 22% au rayon boucherie/poissonnerie et 10,2% au rayon fromagerie. D'après la loi, les sacs «fruits et légumes» à usage unique devront également disparaître à compter du 1er janvier 2017, à l'exception des sacs en matières «biosourcées».

»» Interdiction des sacs en plastique: comment ça marche?

Si 87% des Français se disent d'accord pour réduire l'utilisation des sacs en plastique afin de protéger l'environnement, ils sont plus favorables à l'interdiction de ces sacs en caisse (à 82,8%) qu'à une suppression généralisée dans tous les rayons (71,3%). L'enjeu est pourtant de taille: 17 milliards de sacs plastique sont encore consommés chaque année en France, dont 8 milliards sont abandonnés dans la nature, selon le ministère de l'Environnement. Dans le détail, 5 milliards sont distribués en caisse et 12 milliards sont utilisés pour les fruits et légumes. La grande distribution se défend, de son côté, en rappelant -parfois avec humour, comme E. Leclerc qui tacle Ségolène Royal dans une publicité dans les journaux - que le secteur a développé une offre payante de cabas depuis plusieurs années, notamment après avoir signé un accord volontaire en 2003. Résultat, le nombre de sacs plastique distribués en caisse dans les grandes surfaces alimentaires est déjà passé de 10,5 milliards en 2002 à 600 millions en 2013.

«Cela fait plusieurs années que nos volumes de vente sont en baisse», confirme Antoine Sergeant, vice-président de l'Association française des Fabricants de films et sacs plastiques, par ailleurs directeur commercial de l'entreprise Surfilm à Royan. «Et depuis janvier, nos carnets de commande enregistrent une baisse de l'ordre de 30%.» Si certains fabricants se sont équipés pour produire des alternatives en papier, «qui coûtent plus cher», la majorité des industriels du secteur misent aujourd'hui sur les sacs en plastique plus épais et réutilisables que le gouvernement a consenti à maintenir. «Les consommateurs y sont maintenant habitués et sont moins enclins à les jeter, car ils sont de meilleure qualité et, surtout, ils doivent souvent les payer.»

Les Parisiens moins «emballés»

Au final donc, côté consommateurs, «l'interdiction des sacs en plastique ne devrait pas bouleverser leurs modes d'achat», estime Philippe Guilbert, directeur général de Toluna. «Seulement 8% indiquent vouloir prendre davantage de produits déjà emballés, et 4% se faire livrer davantage. Même si ces changements sont minoritaires, ils peuvent cependant soutenir les achats en drive et les services de livraison.» Afin de remplacer les sacs en plastique, 71,2% des consommateurs pensent venir avec leurs sacs et chariots, 35,4% utiliseront les sacs gratuits encore disponibles (papier, tissu…) et 23,9% achèteront des sacs réutilisables.

»» Sacs en plastique interdits: une vaste offensive contre le «jetable»

Adopter de nouvelles habitudes est plus ou moins facile selon le profil des consommateurs: «La plupart des femmes pensent s'y adapter en venant avec leurs sacs et chariots. Les hommes et les seniors espèrent de leur côté trouver des sacs biodégradables gratuits en magasin», souligne Philippe Guilbert. Et c'est en région parisienne que l'interdiction des sacs en plastique fait un peu plus grincer des dents. «Les Franciliens sont en effet un peu moins ‘emballés' par l'interdiction des sacs jetables, et seront peut-être ainsi incités à commander davantage en ligne.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 5 mois

    Les sacs plastiques qui etaient distribués à la caisse m'ont toujours servi de sacs poubelles. Maintenant, pour mes poubelles, j'achète des ...sacs plastiques.

  • sibile il y a 5 mois

    c'est vraiment très pratique les cabas en rafia pour aller travailler, et pas encombrant du tout, surtout quand on prend les transports en commun