Les Français s'enfoncent dans la déprime, selon des sondages

le
10
LES FRANÇAIS S'ENFONCERAIENT DANS UNE PROFONDE DÉPRIME
LES FRANÇAIS S'ENFONCERAIENT DANS UNE PROFONDE DÉPRIME

PARIS (Reuters) - Sondage après sondage, les Français semblent s'enfoncer dans une profonde déprime, sur fond de chômage croissant et de débat sur le retard de compétitivité de la France.

Selon une enquête de l'institut Harris Interactive pour la Chaîne parlementaire, si 51% des Français jugent leur vie meilleure que celle de leurs parents, 48% ont un avis contraire.

Cette proportion monte à 60% chez les personnes âgées de 25 à 34 ans, 59% pour les 35-49 ans et 63% pour les plus modestes, révélant une fracture avec les plus âgés, les plus aisés et les plus diplômés qui croient encore majoritairement à un progrès.

Selon ce sondage, effectué les 16 et 17 janvier auprès de 1.208 personnes, les Français ne sont plus que 44% a penser que la culture française est un vecteur d'influence dans les débats internationaux.

Une enquête Ipsos, réalisée du 9 au 15 janvier auprès de 1.016 personnes et publiée par Le Monde, confirme aussi ce pessimisme persistant des Français, qui seraient 61% à voir une menace pour la France dans la mondialisation.

Les sondés sont 90% à constater le déclin de la puissance économique de la France depuis 10 ans et 63% l'affaiblissement de son rayonnement culturel.

Selon l'historien Michel Winock, interrogé par le quotidien, ce sondage révèle que "les ingrédients du populisme sont là et dépassent l'électorat de (la présidente du Front national) Marine Le Pen".

Ainsi, 70% des personnes interrogées se reconnaissent dans l'idée qu'il y a trop d'étrangers en France, 72% estiment que le système démocratique ne fonctionne pas bien et 87% que le pays a besoin d'un "vrai chef" pour "remettre de l'ordre".

Une opinion partagée de l'extrême gauche à l'extrême droite, même si c'est avec des nuances sensibles (74% des sympathisants du Front de gauche, 70% de ceux du PS, 84% de ceux du MoDem, 98% de ceux de l'UMP et 97% de ceux du Front national).

Pour Michel Winock, la France est hantée par "la peur du présent et de l'avenir", du chômage, de la détérioration de l'économie, de la mondialisation, des étrangers, de l'islam, ce qui alimente une tentation du repli sur soi.

Selon un sondage Tilder-LCI-Opinion Way publié mercredi, 64% des Français se disent mécontents de la politique économique et sociale du gouvernement actuel.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le jeudi 24 jan 2013 à 17:07

    Rien que quand je vois le Roi des Bisonours et c sbires, je suis déprimé,

  • M1178616 le jeudi 24 jan 2013 à 17:06

    il faut faire des économies et zerault dépense à qui mieux mieux. Facile avec l'argent des autres car lui il a un régime fiscal privilégié de part sa fonction de nul premier m

  • occulti1 le jeudi 24 jan 2013 à 16:19

    gmich10 et cedricdz vous m'avez fait rire !!!!!vous irez au paradis !

  • cedricdz le jeudi 24 jan 2013 à 15:39

    Ensuite imaginez apprendre qu'après la mort il n'y a rien.. Ca achève.

  • baljo le jeudi 24 jan 2013 à 15:29

    am013 oui votre analyse me semble assez juste, que ceux qui veulent éluder la responsabilité écrasante du patronat, fassent leur révolution tout seul.

  • gmich10 le jeudi 24 jan 2013 à 15:05

    Allez je reposte içi notre bon Jean d'Ormesson "Il fallait voter pour Ali Baba ,ainsi vous auriez été sûr qu'il n'y avait que 40 voleurs".

  • chatnour le jeudi 24 jan 2013 à 14:35

    non, @am013, vous me permettrez de trouver votre réponse un peu simpliste : ce n'est pas "le patronat" qui est la cause de la situation mais lisez plutôt le lien que je donne ci-dessous. Tout un système bloqué, corrompu, clientéliste et qui s'est instauré progressivement depuis près de 40 ans en est la cause et si "le patronat" a certainement eu comme tous les autres corps constitués et autres agents économiques sa part de responsabilité, que dire des politiques de tous bords ou des syndicats ?

  • chatnour le jeudi 24 jan 2013 à 14:31

    une triste réalité hélas et qui ne fait qu'apporter de l'eau à notre moulin ! La seule solution, elle se trouve là : http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/la-seule-solution-pour-sauver-notre-pauvre-pays-la-revolution-833

  • am013 le jeudi 24 jan 2013 à 14:27

    moi je dis que c'est surtout le fait de parler de compétitivité qui déprime...en fait on cherche quoi ? la patronnat cherche de meilleures marges pour s'enrichir en voulant assouplir les règles du travail et baisser ainsi les salaires !!! çà s'appelle de la dévaluation tout simplement (avant elle se faisait par la monnaie, mais les effets sont les mêmes).

  • occulti1 le jeudi 24 jan 2013 à 14:18

    Michel Winock il habite Neuilly bien sûr !