Les Français prudents face au blocage des loyers

le
0
52 % d'entre eux redoutent qu'il y ait moins de propriétaires bailleurs, selon un sondage commandé par Century 21.

Les professionnels de l'immobilier ont beau mettre en garde les Français sur les effets pervers qu'ils anticipent lors du blocage des loyers, la mesure est très populaire. En septembre 2011, selon un sondage Ipsos, 59 % des Français réclamaient une limitation de la hausse des loyers. Interrogés sur le sujet entre le 15 et le 21 juin par Harris pour Century 21, 74 % se déclarent favorables au projet d'encadrer les loyers à la relocation. Un dispositif qui devrait faire l'objet d'un décret mi-juillet et entrer en application en septembre.

«Les Français réservent un bon accueil à cette idée car elle ne les impacte pas directement. 17 % d'entre eux seulement sont propriétaires bailleurs», souligne Laurent Vimont, le président de Century 21 dans l'Hexagone, persuadé que ce dispositif va dans le mauvais sens.

Pour autant, les ménages ne se font pas d'illusions: les propriétaires bailleurs ne vont pas rester les bras croisés face à ce dispositif. D'abord, selon le sondage de Harris, plus d'un Français sur deux (55 %) pense que cela découragera les propriétaires de faire des travaux d'amélioration ou d'entretien dans les logements qu'ils louent.

Autre crainte partagée par 52 % de la population: que les particuliers se détournent de l'investissement locatif et renoncent à acheter des biens pour les louer. «Cela débouchera alors sur la réduction du nombre de biens à vendre et sur une augmentation des loyers», estime Laurent Vimont. Également sondés, 67 % des propriétaires bailleurs indiquent aussi qu'ils augmenteront plus systématiquement les loyers en tenant compte de l'IRL (indice de référence des loyers). Une menace à nuancer car, sur un territoire comme l'agglomération parisienne, 85 % procèdent déjà à des augmentations en cours de bail conformes à l'IRL, voire supérieures.

En fait, Century 21 estime qu'il y a d'autres idées plus efficaces que le blocage des loyers pour faire baisser le prix de l'immobilier. Par exemple, transformer les bureaux vides en logements, une piste plébiscitée par 90 % des Français. «Cette mutation serait possible à Paris à condition d'assouplir les normes de construction et de ne pas exiger qu'il y ait un parking pour chaque logement», affirme Laurent Vimot. Autre idée qui plaît à 82 % des Français: la mise à disposition des terrains de l'État pour y construire des logements. Un dispositif sur lequel planche Cécile Duflot.

LIRE AUSSI:

» Plus de la moitié des Français prêts à louer leur domicile

» Pour acheter à Paris, mieux vaut ne pas avoir d'enfants

» Immobilier: le casse-tête des augmentations de loyers

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant