Les Français privilégient l'épargne sécurisée

le
0
Le taux d'épargne des ménages a légèrement baissé en 2010. L'assurance-vie et le livret A restent cependant leurs placements de prédilection.

Le taux d'épargne des ménages français a très légèrement fléchi en 2010. Il s'établit à 16,1% contre 16,3% en 2009 révèle le rapport de l'Observatoire de l'épargne réglementée de la Banque de France. Selon les experts, ce retrait est à mettre en perspective avec la progression de l'endettement immobilier. Les ménages ont en effet profité des taux d'intérêt historiquement bas en 2010 qui ont permis de réaliser des acquisitions en compensant en partie la hausse des prix des logements.

L'épargne des Français est restée majoritairement investie en assurance-vie. Elle a totalisé en 2010 quelque 77,3 milliards d'euros de dépôts, contre 76,9 milliards en 2009. Le montant total des sommes déposées sur ces contrats était de 1149 milliards d'euros à la fin 2010. Les contrats en unités de comptes ne totalisent, eux, que 211 milliards d'euros.

Mais, pour partie à cause des incertitudes fiscales pesant sur l'assurance-vie, les épargnants se sont davantage portés vers des produits non risqués et plus liquides comme les livrets. «Au total, les ménages ont accru leurs placements en comptes sur livret de 17,5 milliards d'euros en 2010 au lieu de 11,5 milliards d'euros en 2009», affirme le rapport. Autant d'argent que les Français n'auraient pas placé dans les OPCVM (Sicav actions, fonds commun de placement (FCP)...) grand perdant de l'opération. Leur clientèle aurait effectué 14 milliards de rachats nets, d'après l'Observatoire.

60 millions de Livret A

Le Livret A surtout, a bénéficié de cette modification de comportement, notamment grâce à la hausse de son taux de rémunération. En 2010, les encours de Livret A se sont accrus de 10,1 milliards d'euros pour atteindre 193,5 milliards d'euros, soit une augmentation de 5,4% en glissement annuel. Le Livret de développement durable (LDD) et Livret d'épargne populaire (LEP) ont moins bénéficier de cet engouement pour les livrets réglementés. Le premier enregistre une baisse de 1,7% de ses dépôts, et le second de 6,7%.

Avec près de 60 millions de livrets A détenus au 31 décembre 2010, ce dernier reste donc «le placement le plus répandu au sein des ménages», précise le document de l'Observatoire. Rapporté à la population française, qui est évaluée à 65 millions d'individus, le taux de détention atteint 91,5%! Un chiffre qui s'explique notamment par la détention de plusieurs livrets A par certains clients. Malgré les mesures prises par l'Etat pour enrayer cette pratique prohibée, le taux de double détention serait encore de 20%.

Encours inférieur à 150 euros

Malgré la multiplication du nombre de Livret A, 77% des encours restent concentrés dans 19% des livrets. Le rapport confirme que la plupart du temps, seules de faibles sommes sont déposées. Au 31 décembre 2010, 47% des livrets A ouverts avaient un solde inférieurs à 150 euros. Un phénomène qui s'explique aussi par la double détention. De nombreux épargnants ignorent en effet qu'ils sont titulaires de plusieurs livrets, le premier ayant été ouvert à leur naissance par les grands parents, puis laissé à l'abandon.

LIRE AUSSI :

» Le rapport de l'Observatoire de l'épargne réglementée

» La Belgique lève le secret bancaire au 1er juillet

» Livret A : hausse des dépôts (CDC)

» Les banques encouragent l'épargne sur livret

» Livret A: le taux passe de 1,75 à 2%

» Le taux du Livret A pourrait atteindre 2,5% en août

» Assurance-vie : les sénateurs reviennent à la charge

» Les Français prêts à délaisser l'assurance-vie

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant