Les Français préfèrent «Papa Schultz» à Laurence Ferrari

le
0
Le directeur général de D8 veut laisser à son émission vedette Le Grand 8 le temps de s'installer sur cette tranche horaire.

Ara Aprikian, le directeur général de la nouvelle D8, ne veut pas jouer les girouettes et perdre son sang-Froid. Même si les audiences de son magazine emblématique Le Grand 8 sont pour l'instant un échec, il affirme: «Il n'y aura pas dans l'immédiat de changement d'horaires, et j'ai l'intention de donner à tous les programmes de la chaîne le temps qu'il faut pour s'installer».

Annoncé en grande pompe et malgré ses chroniqueuses fort médiatisées comme Roselyne Bachelot ou Audrey Pulvar, Le Grand 8 déçoit. Il plafonne depuis son lancement, le 9 octobre dernier, à 100.000 téléspectateurs en moyenne soit une part d'audience qui ne dépasse pas les 0,8%. Et dans les bons jours, l'émission atteint à peine les 120 à 130.000 téléspectateurs.

Pire encore, le magazine, qui cible principalement les femmes et qui est diffusé du lundi au...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant