Les Français passent 21 jours par an derrière les fourneaux

le
0
Les Français passent 21 jours par an derrière les fourneaux
Les Français passent 21 jours par an derrière les fourneaux

La cuisine est toujours un art de vivre en France. Selon une enquête réalisée par le coach alimentaire en ligne WeCook, nous passons en moyenne 21 jours par an derrière les fourneaux, soit près de 6% de notre vie ! Avec une telle ambition pour les papilles, il faut un certain temps aux Français pour «penser» leurs repas. C'est ainsi que nous passons en moyenne 23 minutes par semaine à planifier les courses avant de se rendre au supermarché.

Selon l'étude, les comportements face à cette préparation varient en fonction des régions, voire des villes. Les habitants de Quimper, en Bretagne, sont par exemple ceux qui passent le plus de temps à organiser leurs achats alimentaires. Ils consacrent en effet plus d'une demi-heure par semaine à établir leur liste de courses. Les habitants de Marmande, en Aquitaine, ne sont pas loin de ce record d'organisation ! Dans la même région pourtant, c'est à Bordeaux que l'on passe le moins de temps à «penser» ses courses (10 minutes par semaine).

Les Franciliens parmi les plus dépensiers

Les Parisiens consacrent eux 13 minutes par semaine à l'organisation des courses mais sont parmi les plus dépensiers une fois au supermarché ! Selon l'étude WeCook, les Franciliens ont en effet en moyenne un budget alimentation de plus de 175 euros par personne et par mois. C'est d'ailleurs dans le Nord de la France que l'on est les plus «gourmands»: outre l'Île-de-France, la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais, la Haute et la Basse-Normandie sont les régions qui ont le panier moyen par mois le plus élevé. Dans le Sud, seule la région Paca égale le budget octroyé aux repas par les gourmands du Nord.

Hors Aquitaine, c'est par ailleurs dans l'Ouest, de la Bretagne au Midi-Pyrénées que l'on dépense le moins pour les repas (moins de 160 euros par personne et par mois).

Autre enseignement de l'étude, les hommes portent presque autant la toque que les femmes à la maison. Si ces dames consacrent en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant