Les Français partiront moins loin

le
0
Selon une étude OpinionWay publiée ce mardi, les Français ont revu leur budget vacances à la baisse par rapport à 2010. Ils envisagent de dépenser 561 euros en moyenne contre 585 euros l'année dernière.

Les Français s'apprêtent à passer leurs vacances sous le signe de la rigueur. Un sondage OpinionWay réalisé pour le compte du site Voyagermoinscher.com et publié ce mardi montre que les effets de la crise sont toujours bien visibles et que les consommateurs vont continuer à se serrer la ceinture. En 2011, ils partiront moins longtemps, moins loin et pour mon cher pour leurs vacances d'été.

Pour plus d'un Français sur quatre, le budget vacances va diminuer par rapport à celui de l'été 2010. En moyenne, le budget par personne est revu à la baisse à 561 euros, contre 585 euros en 2010. Une précédente étude révèlait même que trois millions de Français allaient renoncer à partir cette année. Les vacances seront aussi plus courtes: un Français sur trois partira une semaine ou moins. Une proportion en hausse de 56% par rapport à 2010. Et le nombre de vacanciers qui prévoient d'écourter leur séjour atteint 19%, soit pratiquement deux fois plus qu'en 2010 (10%).

Réduire la facture

Concernant la destination, la situation politique en Egypte et au Maghreb modifie également les projets des Français. 90% d'entre eux entendent en effet délaisser ces destinations habituellement très prisées, notamment car elles promettent un séjour sous le soleil pour un prix parmi les plus raisonnables en matière de destinations ensoleillées à l'étranger.

Selon l'étude, près des trois quarts (73%) des vacanciers devraient donc rester en France cet été. Une solution que 44% d'entre eux estiment par ailleurs moins coûteuse. L'information devraient réjouir les voyagistes hexagonaux qui souhaitent conquérir une clientèle locale. Deux Français sur cinq (38%) comptent cependant sur la famille et les amis pour les héberger et réduire la facture et boudent les locations et les hôtels. Ils étaient 32% en 2010.

Conséquence des aléas économiques, les vacanciers sont plus flexibles : les trois quarts des personnes interrogées sont prêtes à modifier leur projet de vacances pour profiter d'une promotion, aussi bien pour la destination, que les dates ou encore la durée du séjour. 28% sont prêts à profiter des offres de dernière minute. Internet devraient donc être un canal de réservation privilégié cette année. Selon l'étude, les requêtes de comparaison de prix sont en hausse de 15% .

LIRE AUSSI :

» Trois millions de Français renonceraient aux vacances

» Vacances : les voyagistes veulent récupérer les Français

» Thomas Cook: Tunisie et Égypte pèsent

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant