Les Français ont en moyenne 42 euros en liquide dans leur poche

le
7

L'argent liquide est un moyen de paiement incontournable pour 86% des Français selon un récent sondage Ifop. De quoi donner du fil à retordre aux professionnels du sans contact qui tentent de donner de l'élan à cette technologie peu utilisée dans l'Hexagone.

Les Français préfèrent le «cash» à la carte bancaire. Selon un sondage Ifop pour la société de transport de fonds Brink's, l'argent liquide reste l'un des moyens de transactions préférés des Français: 86% des personnes interrogées ne souhaitent pas qu'il disparaisse au profit des autres moyens de paiement. Les Français détiennent en moyenne 42,50 euros en billets et pièces dans le porte-monnaie. «Les hommes âgés de 35 ans et plus ainsi que les retraités émergent comme les catégories qui détiennent le plus de liquidités dans leur portefeuille, avec des moyennes respectives de 50,4 euros et 58,1 euros», soulignent les auteurs de l'étude.

Le cash est facile à utiliser pour 93% des personnes interrogées, difficilement falsifiable pour sept personnes sur dix et représente la solution idéale face aux imprévus pour 88% d'entre elles. Les Français sont 70% à utiliser des espèces au moins une fois par mois et 25% tous les jours. Seule la carte bancaire bénéficie d'une fréquence d'utilisation similaire (23% l'utilisent tous les jours et 79% au moins une fois par semaine). «D'ailleurs, 65% des Français se rendent dans un DAB (distributeur automatique, ndlr) au moins 2 fois par mois», précise l'étude, avec un retrait moyen de 76,50 euros.

Cet argent liquide est massivement plébiscité par les sondés (91%) pour les petits achats du quotidien comme la baguette de pain. Près de quatre français sur dix menacent d'ailleurs de changer de commerçant si celui-ci n'accepte plus les espèces. Le cash est aussi jugé très utile pour laisser un pourboire, faire un don, un cadeau ou voyager à l'étranger.

Un frein au paiement sans contact

Cet amour que nourrissent les Français pour l'argent liquide freine les ambitions des acteurs du paiement sans contact. Cette technologie, qui permet de payer ses achats de moins de 20 euros simplement en approchant la carte bancaire d'un terminal de paiement et sans code confidentiel, ne convainc pas. Le nombre de cartes bancaires compatibles avec cette technologie NCF a certes bondi de 60% entre 2013 et 2014 pour atteindre 33,8 millions de cartes en circulation, soit 52% du nombre total de cartes bancaires en France. Et pourtant, seuls 18% de ceux qui possèdent ces cartes utilisent le paiement sans contact, constate l'Observatoire chargé de suivre l'évolution du phénomène en France. Ce niveau situe les Français loin de la Pologne où 33% des paiements se font sans contact. À Londres, cette technologie est aussi en plein essor, la carte bancaire sans contact permettant notamment d'accéder aux transports en commun.

En France, la préférence pour l'argent liquide pour ces petits achats n'explique pas tout. Le taux d'équipement des commerçants est encore faible: 20,6% d'entre eux proposent des terminaux de paiement adaptés (la grande distribution fait mieux avec 60% du parc de terminaux compatibles sans contact). À cela s'ajoute la crainte du vol de données, alimentée par l'absence de code confidentiel.

Réunis vendredi à Bercy autour d'Axelle Lemaire, la secrétaire d'État chargée du Numérique, les professionnels du secteur (représentants des banques, opérateurs téléphoniques, distributeurs et industriels), ont tenté de trouver des solutions pour donner envie aux Français de franchir le pas. Atteindre un taux d'équipement de 100% chez les commerçants à l'horizon 2020 fait notamment partie des propositions. Côté sécurité, ils rappellent qu'en cas de problème, les transactions frauduleuses sont remboursées par les banques. «Le taux de fraude n'a pas changé dans les pays où le sans contact est très utilisé. Aujourd'hui c'est beaucoup plus facile de voler un portefeuille dans le métro que de pirater une carte sans contact», a assuré Olivier Piou, directeur général de Gemalto.

Selon le gouvernement, les acteurs du secteur on intérêt à accélérer le mouvement alors que les géants américains (Google, Apple, Amazon, Facebook) se lancent déjà dans le paiement sur mobile. «La concurrence internationale va aussi se jouer sur ces enjeux», prévient Axelle Lemaire.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le lundi 13 avr 2015 à 14:25

    Normal, la France devient petit â petit un pays de pauvres ! Les français ne peuvent donc avoir beaucoup d'argent sur eux .

  • stochast le lundi 13 avr 2015 à 13:15

    "Les Français ont en moyenne 42 euros en liquide dans leur poche". Oh la nouvelle de dingue ! Ma conception de l'Univers en est toute chamboulée ! Le Figaro, toujours à la recherche du scoop !

  • lorant21 le lundi 13 avr 2015 à 12:43

    très peu de liquide sur moi. le paiement sans contact, oui, bien sur, mais cela ne marche pas si bien que cela, à peine une fois sur 2 malgré le logo.

  • M3366730 le lundi 13 avr 2015 à 12:31

    Ils n'ont pas tenu compte de Hollande, il a jamais d'argent sur lui c'est sa cour qui paie ou c'est gratuit !!Effectivement pourquoi, il suffit de sortir de l'argent d'un distributeur ou payer par CB en fonction du montant.

  • brinon1 le lundi 13 avr 2015 à 12:29

    çà ne doit pas plaire à SAPAIN et consorts, la chasse continue, l'autodéfense aussi.

  • uma31 le lundi 13 avr 2015 à 11:59

    Et pourquoi ? Je n'ai jamais de liquide sur moi, je ne vois pas en quoi je devrait être sanctionné si j'utilise ma carte ou mon chéquier.

  • frk987 le lundi 13 avr 2015 à 11:04

    Voilà un sondage d'une importance capitale, payer un achat de 20 euros avec une carte ou pire avec un chèque mériterait des frais de 10%.