Les Français ont économisé 3,7 milliards d'euros grâce aux promotions

le
0

Cela représente 11% de plus que l'an dernier, selon une étude du cabinet Nielsen pour LSA. Les remises immédiates restent les grandes favorites des consommateurs.

Un produit offert pour deux produits achetés, -20% sur la lessive, une opération de Noël..., les offres promotionnelles sont partout. Grâce à elles, les Français ont économisé 3,7 milliards d'euros en 2014, soit 380 millions de plus qu'en 2013, selon une étude du cabinet Nielsen pour le magazine spécailisé de la distribution LSA.

La gratuité, c'est-à-dire l'ensemble des gains obtenus par les consommateurs avec les offres, peut représenter 6 à 7% de leurs dépenses annuelles en achats alimentaires. Les remises immédiates sont d'ailleurs les reines de la promotion. Préférées aux offres «deux achetés, le troisième gratuit» et au système de cagnotte avec les cartes fidélité, elles progressent de 15 à 20% cette année.

Les consommateurs préfèrent repérer leurs proies. Pour cibler les offres, le prospectus reste un support promotionnel puissant et permet de réaliser 81% des offres. 75% des clients déclarent d'ailleurs que leurs achats alimentaires sont incités par les promotions alors que 11% se disent non influencés. Les offres «agressives» se voient principalement sur le marché de l'hygène et de la beauté, ajoute l'étude. 34% du chiffre d'affaires de la lessive est donc réalisé avec les promotions. Elles représentent également 24% pour les déodorants et 21% pour le dentifrice.

La promotion: un vrai levier pour les ventes

Les familles sont les premières bénéficiaires des offres. Sur les 27 millions de ménages en France, la gratuité représente 141 euros par foyer par an. Mais certains en profitent plus que d'autres. «La part des consommateurs désintéressés se reportent sur les autres catégories», précise Michaël Watine, directeur de l'innovation de Nielsen. Les familles bénéficient ainsi de 211 euros par an et les «chasseuses de promotions» s'octroient 253 euros par an.

A l'approche des fêtes, les offres promotionnelles s'intensifient encore. «Nous voyons des pics le dernier samedi du mois, les deux semaines avant Noël, le pic de fin septembre», note Laurent Zeller, PDG du cabinet Nielsen. Les entreprises ne peuvent d'ailleurs plus s'en passer. Les offres représentent 20% du chiffre d'affaires total des produits de grande consommation, sur un marché total de 84 milliards d'euros en 2014, précise l'étude.

«La promotion a un tel effet de levier sur les ventes et la part de marché, qu'il n'est pas facile de la «débrancher» subitement, analyse Laurent Zeller, PDG du cabinet Nielsen. Très peu de groupes peuvent aujourd'hui baisser l'investissement promotionnel et prendre le risque de perdre 10% de volume de ventes face à la concurrence». 80% des industriels ont d'ailleurs augmenté l'investissement en promotion au cours de l'année, ajoute le cabinet.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant