Les Français ne veulent pas d'un remake de 2012 en 2017-sondage

le , mis à jour à 08:39
2

PARIS, 3 juin (Reuters) - Moins de trois Français sur dix (29%) souhaitent voir Nicolas Sarkozy et François Hollande s'affronter au second tour des présidentielles de 2017, selon un sondage Ifop pour Paris Match publié mercredi. En une semaine, le scénario d'un "remake" en 2017 du film de l'élection présidentielle de 2012 a été écrit, avec Nicolas Sarkozy et François Hollande dans les premiers rôles pour empêcher la présidente du Front national Marine Le Pen d'être au second tour. ID:nL5N0YK1V6 L'institut de sondage a testé dix duels possibles pour le second tour de 2017. Le match préféré des sondés est celui entre le Premier ministre Manuel Valls et le maire de Bordeaux Alain Juppé, souhaité à 47%. Un seul autre recueille plus de 40% d'opinions favorables : le duel François Hollande-Alain Juppé (45%). Seuls 29% des Français souhaitent une candidature en 2017 de Nicolas Sarkozy, président de la nouvelle formation "Les Républicains". Parmi les sympathisants de l'ex-UMP, 74% disent vouloir qu'il se présente, contre 84% en mai 2014, avant son retour en politique. Ce sondage a été réalisé par internet du 28 mai au 1er juin auprès de 993 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. (Chine Labbé, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mercredi 3 juin 2015 à 09:05

    Tout sauf Hollande qui ne fait aucune réforme et mène le privé (actifs et retraités) à la catastrophe par son immobilisme au profit de ses collègues fonctionnaires

  • am013 le mercredi 3 juin 2015 à 08:42

    Il est clair depuis longtemps que ni Hollande ni Sarkosy ne sont sollicités par les français pour exercer le pouvoir.Pourtant a la décharge de Hollande, il a réussi quand même à lancer quelques procédures judiciaires courageuses y compris dans son propre camp, que personne n'avait jamais osé avant....donc pour moi, Hollande c'est tout de même le signe d'une certaine justice, tout court, face aux puissants.