Les Français jugent très sévèrement les partis politiques - Ifop/JDD

le
1

PARIS, 31 août (Reuters) - Les Français ont pour une large majorité une mauvaise opinion des partis politiques, qu'ils sont à peine plus d'un sur dix à juger proches de leurs réalités quotidiennes, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche. Seulement 24% des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion du Parti socialiste, qui étale ses divisions à l'université d'été de La Rochelle après un remaniement sur fond de remise en cause du cap économique défendu par l'exécutif. Trois quarts des sondés (76%) estiment en outre que le PS, marqué depuis des mois par la fronde d'une partie de son aile gauche, court le risque d'éclater d'ici la présidentielle de 2017. Cet avis est même partagé par les sympathisants du Parti socialiste qui sont 64% à juger ce risque plausible, contre 35% à penser l'inverse. Le regard porté sur le parti au pouvoir est tel que le Front national, pour un petit point, trouve grâce aux yeux d'un nombre plus important de Français (25%). Quant à l'UMP, principale formation de l'opposition de droite, elle à peine mieux perçue: 31% des sondés seulement disent avoir une bonne opinion du parti qui a mis ses propres difficultés sous l'éteignoir durant l'été mais s'avance vers un congrès, cet automne, et une primaire, en 2016, à haut risque. Invités à se prononcer sur des traits qu'ils pourraient associer aux partis politiques, les sondés sont tout aussi sévères: à peine 37% les jugent "utiles", moins d'un sur quatre les estime "capables de se réformer" (24%). Surtout, l'étude témoigne du manque de conviction en leur capacité à oeuvrer au redressement de l'économie française. Seuls 17% des personnes interrogées pensent que les partis sont "plutôt bien adaptés à la situation actuelle du pays", contre 82% qui pensent l'inverse. Et 85% jugent qu'ils ne sont pas "proches des réalités quotidiennes des Français". Le sondage a été réalisé auprès par téléphone les 29 et 30 août auprès d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, établi selon la méthode des quotas. (Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 31 aout 2014 à 00:22

    Ah c'est vomitif: maintenir ses prébendes par la manipulation des foules. L'hypocrisie et la démagogie comme business modèle. Les avantages à être député, sénateur ou ministre ou maire sont intacts, le nombre d'élus historiquement élevé, et la France dans la chienlit. Mon ennemi c'est le politicien.