Les Français font confiance à la justice pour rester impartiale

le
1
LES FRANÇAIS FONT CONFIANCE À LA JUSTICE POUR RESTER IMPARTIALE DANS L?AFFAIRE BETTENCOURT
LES FRANÇAIS FONT CONFIANCE À LA JUSTICE POUR RESTER IMPARTIALE DANS L?AFFAIRE BETTENCOURT

PARIS (Reuters) - La majorité des Français font confiance à la justice pour mener de manière impartiale l'instruction de l'affaire Bettencourt, dans laquelle Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "abus de faiblesse", selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur publié lundi.

L'avocat de l'ancien chef de l'Etat a mis en cause ce week-end l'impartialité du juge d'instruction Jean-Michel Gentil, évoquant notamment une tribune signée par le magistrat en 2012.

Selon le sondage LH2, 55% des Français déclarent faire confiance à la justice pour mener cette instruction de façon neutre, dont un quart "tout à fait" (26%). A l'inverse, 43% ne lui font pas confiance.

Si seulement 46% des sympathisants de la droite déclarent faire confiance à la justice, cette défiance est surtout marquée chez les proches du Front national (59%).

Les sympathisants de l'UMP, eux, sont très partagés: 50% déclarent faire confiance à la justice pour rester neutre contre 50% également qui ne lui font pas confiance.

Quant aux sympathisants de la gauche (65%), notamment du PS (69%), font très largement confiance à la justice dans cette affaire.

Selon ce même sondage, 60% des personnes interrogées ne pensent pas que la mise en examen de Nicolas Sarkozy l'empêchera de jouer un rôle majeur en politique dans les années à venir, dont plus d'un tiers ne le pensent "pas du tout" (35%).

A droite, deux tiers des sympathisants (66%) estiment que cette décision de justice ne compromet pas l'avenir de l'ancien chef de l'Etat. Cette proportion est équivalente chez les sympathisants de l'UMP (67%), majoritairement confiants.

A gauche, 55% des sympathisants ne pensent pas que cette mise en examen empêchera Nicolas Sarkozy de jouer un rôle politique majeur à l'avenir.

Le sondage a été réalisé les 22 et 23 mars par téléphone auprès d'un échantillon de 968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • couvidat le lundi 25 mar 2013 à 14:33

    je ne peux rien dire car j'ai peur d'être passible des tribunaux, chute citoyen il faut la fermer sous peine de poursuite