Les Français fâchés avec l'orthographe, surtout les hommes...

le , mis à jour à 10:41
6
Les Français fâchés avec l'orthographe, surtout les hommes...
Les Français fâchés avec l'orthographe, surtout les hommes...

Ils sont fâchés avec les participes passés, détestent le pluriel des noms composés, boudent les cédilles ou se trompent de genre. Des millions de Français de toutes les classes sociales ont de sérieuses lacunes en grammaire et en orthographe. Depuis un quart de siècle, des études ont montré que la connaissance des subtilités de notre langue exigeante battait de l'aile, surtout en classe.

Le premier baromètre Voltaire, publié aujourd'hui et que nous dévoilons en exclusivité, vient confirmer cette dégradation. Il s'agit de la plus grande base de données concernant l'orthographe et les Français, du collégien au salarié. Des statistiques établies à partir du Projet Voltaire, premier service en ligne personnalisé de remise à niveau.

Les évolutions des résultats orthographiques entre 2010 et 2015

Testez-vous également, avec ce quiz ! 

Rien n'est perdu

En 2010, les quelque 5 000 utilisateurs du logiciel maîtrisaient 51 % des 84 règles d'orthographe de référence. Aujourd'hui, sur un panel de 85 000 « clients », le pourcentage a chuté à 45 %. Ce n'est pas un zéro pointé mais presque. Cette diminution de six points n'a rien d'anecdotique. Mais elle a de quoi surprendre dans la mesure où, depuis une décennie, universités et entreprises tentent de corriger le tir. Les livres et les jeux qui font la part belle aux pièges ne se sont jamais aussi bien vendus. Pourtant, c'est indéniable, le niveau baisse à tous les âges de la vie. Mais alors, à qui la faute ? A l'Education nationale, dénoncent de nombreux experts, qui a sacrifié des heures de français au profit d'autres matières. « Le travail de fond n'a pas encore été fait au niveau de l'enseignement. La communication numérique, qui offre via les SMS ou Twitter du langage sur un mode différent, vient parasiter la maîtrise du français classique », observe Pascal Hostachy, chef d'orchestre du Projet Voltaire.

La grammairienne Bénédicte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3695451 le jeudi 11 juin 2015 à 11:30

    Voici une solution concrète : Educaserve.com204 leçons de français avec accès totalement gratuit !

  • frk987 le jeudi 11 juin 2015 à 10:23

    Pour M8603854 : surtout à l'heure de l'Anglais comme langue mondiale, il est vraiment URGENT d'encombrer le cerveau des gamins avec le basque, le breton ou la patois dauphinois (et encore de quel village ?), laissons ça aux ethnologues et aux historiens.

  • M8603854 le jeudi 11 juin 2015 à 09:47

    Oui, mais il y en a de plus en plus qui écrivent le breton, le basque, le bas-périgourdin...: Tout va bien!

  • frk987 le jeudi 11 juin 2015 à 09:36

    Vieux souvenirs : où est le temps où dans le canard du lendemain, on voyait à la rubrique errata : la correction des fautes de la veille....Et qui la lirait !!!!

  • frk987 le jeudi 11 juin 2015 à 09:34

    La faute à l'EN, mais soyons réalistes : les gens ne lisent plus et leur seule lecture c'est éventuellement les journaux et magazines, dans lesquels il n'y a pas un paragraphe sans une faute d'orthographe, d'accord ou de syntaxe. La palme à l'AFP où là c'est un régal, et les dépêches de l'AFP sont reprises in extenso dans toute la presse sans changer un mot ni une faute. Une amende aux journaux publiant des fautes d'orthographe ferait certainement avancer le problème.

  • M5521753 le jeudi 11 juin 2015 à 09:20

    La faute aux SMS, certes, mais également à la télévision. Je suis ahuri d'entendre que les français regardent la télévision près de 4 heures par jour ! Mon épouse et moi lisons pendant 1 à 2 heures tous les soirs. Quant aux SMS, nous n'utilisons jamais ce mode de communication.A vos livres !