Les Français et les professionnels de l'immobilier, je t'aime moi non plus

le
0

INFOGRAPHIE - Selon un sondage, l’opinion des Français sur les agents et mandataires immobiliers reste mitigée. Le montant des honoraires est de de très loin le premier critère de choix pour ce service.

Ils s’en sortent mieux que les syndics de copropriété ou les huissiers de justice, mais l’image des professionnels de l’immobilier n’est toujours pas très flatteuse. Selon un sondage réalisé par l’Ifop pour le compte du réseau immobilier sans agence Optimhome, une petite majorité des Français (54%) ont une image positive des professionnels de l’immobilier. Et parmi eux seulement 2% des sondés sont très enthousiastes.

Et pourtant, parmi la petite minorité des sondés ayant eu recours aux services d’un professionnel pour vendre un bien immobilier au cours des trois dernières années (8% de l’échantillon), la satisfaction est plutôt au rendez-vous. Ils sont cette fois-ci 83% à y avoir trouvé leur compte et même 39% parmi eux à se déclarer «tout à fait satisfait» de l’expérience.

Pas la peine de chercher bien loin les raisons du désamour des Français pour les agents et mandataires immobiliers. C’est visiblement une question d’argent. Près de 60% des sondés place ainsi les frais d’agence dans le trio de tête des critères qu’ils examinent pour choisir un professionnel. La question des honoraires est aussi devenu un argument important de certains nouveaux réseaux qui essaient de mettre en avant des frais réduits. Viennent ensuite l’offre de biens disponibles chez l’agent et l’accompagnement qu’il peut proposer (46%) puis son sens relationnel (36%).

Dans cette relation toujours paradoxale, si les Français trouvent le service trop cher, ils ont tout de même des attentes très fortes sur le travail de l’agent immobilier. Si la qualité de son estimation arrive évidemment en tête de ce qu’attendent de lui ses clients, ils sont aussi attentifs sur la vérification de la solvabilité des acquéreurs ou la réalisation des visites sans oublier les conseils relatifs aux diagnostics techniques.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant