Les Français et la préparation de la retraite : l'inquiétude persiste

le
0

Un actif sur deux épargne en vue de sa retraite, dès 45 ans. Le montant des placements est bien en deçà des futurs besoins.

Sujet anxiogène par excellence, le financement de la retraite reste au cœur des préoccupations des Français. La 4e édition du Baromètre Deloitte sur «Les Français et la préparation de la retraite» confirme le manque d'informations et d'anticipation sur ce sujet. Lucides, les Français restent soucieux. «Environ 66 % des actifs sont très inquiets au sujet des revenus qu'ils percevront à la retraite et 78 % estiment qu'ils auront besoin de ressources supplémentaires pour compléter leur pension. Ce que font 42 % des retraités aujourd'hui», précise Hugues Magron, directeur conseil assurance et protection sociale chez Deloitte. Pour autant, une prise de conscience semble s'opérer, puisque les moins de 45 ans sont, cette année, plus nombreux à épargner en volume.

L'épargne individuelle et le foncier restent les deux moteurs du financement de la retraite. «Mais l'étude indique que 13 % des actifs envisagent de poursuivre une activité professionnelle à la retraite. D'ailleurs, 4 % des retraités le font déjà aujourd'hui», note Hugues Magron.

Être propriétaire de son logement, une valeur sûre

Plus précisément, selon l'étude, un actif sur deux épargne en moyenne 1700 euros par an avec de fortes disparités puisque les trois quarts d'entre eux mettent en réalité 450 euros de côté contre  4700 euros pour le quart restant. Pour la majorité, le complément au régime général sera d'environ 90 euros mensuels, alors que les retraités interrogés indiquent un manque perçu d'environ 500 euros par mois.

Cet écart pousse les actifs à prendre conscience de l'importance de préparer sa retraite pour s'assurer un niveau de vie suffisant. Même si l'étude indique que 78 % ont «une vague idée» du montant de celle-ci. Mal informés, les Français ont une faible vision des produits d'épargne disponibles. Seuls 3 actifs sur 10 s'estiment suffisamment informés sur leurs droits à la retraite. «Regain d'optimisme auprès des jeunes, poursuit Hugues Magron, puisque même si l'âge auquel on commence à épargner se situe autour de 45 ans, on voit apparaître de nouveaux phénomènes. Les jeunes actifs s'emparent du sujet plus tôt puisque les 25-34 ans envisagent de commencer leur préparation dès 38 ans.»

Autre valeur sûre pour s'assurer une meilleure qualité de vie, être propriétaire de son logement. Les jeunes qui contractent un prêt font déjà un premier pas dans le financement de leur retraite. «Être propriétaire de son bien et libérer de ses emprunts à la retraite, c'est 30 à 40 % de pouvoir d'achat supplémentaire», conclut Hugues Magron.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant