Les Français et la Bourse : une relation toujours tourmentée (observatoire Capitalcom)

le
8

88% des actionnaires sont fiers de l'être
88% des actionnaires sont fiers de l'être

Les actionnaires individuels souffrent d’une mauvaise image en France. Comme chaque année, un certain nombre d’acteurs a profité de la publication des résultats annuels 2015 des grandes sociétés cotées pour mettre en opposition – une fois de plus – le capital et le travail. Cette hostilité à leur égard est-elle la raison pour laquelle la Bourse de Paris a perdu près de 3 millions d’actionnaires individuels depuis 2008 ?

Une fierté qui ne se dément pas

Les actionnaires individuels ne sont pourtant pas affectés par cette mauvaise image, comme le révèlent les résultats de la 2ème Édition de l’Observatoire des Actionnaires d’Avenir. Ils sont en effet 88% à se déclarer fiers d’être actionnaires et 77% en ce qui concerne les actionnaires salariés ! Et pour cause, selon eux, être actionnaire c’est d’abord participer au vote en Assemblée Générale (27,1% des réponses), réagir si l’entreprise dont ils sont actionnaires se comporte de manière irresponsable (23,1%) et se tenir informés de l’actualité des entreprises (15,6%) ! De hautes responsabilités pour des particuliers qui voient dans le placement actions un excellent moyen de participer au développement des entreprises et de l’emploi (48,1% des répondants).

L’Observatoire a également interrogé un échantillon représentatif de la population française composé de non-actionnaires : les Français n’ont pas non plus d’opposition de principe à le devenir et 61% d’entre eux déclarent même qu’ils seraient fiers d’être actionnaires, pour les mêmes raisons ! Par ailleurs, seuls 3,2% d’entre eux ne possèdent pas d’actions du fait de la mauvaise image des actionnaires en France !

Un rapport à la Bourse qui reste pourtant complexe…

Les réticences des Français à s’engager en Bourse reposent davantage sur une méconnaissance de son rôle et de son fonctionnement. Ils ont en effet tendance à voir le placement actions comme un produit exclusivement financier, quasi-désincarné de l’entreprise, grâce auquel ils pourraient gagner plus d’argent avec leur épargne (pour 32,0% d’entre eux) et bénéficier d’avantages fiscaux (21,1%). De fait, s’ils ont une bonne image des entreprises françaises, ils portent un regard plus contrasté sur la Bourse, qu’ils jugent opaque (pour 63,9% d’entre eux) et irrationnelle (49,2%). En outre, seul un quart des Français déclare faire confiance à la Bourse, alors qu’ils sont 34,5% à faire confiance aux grandes entreprises et 71,7% aux petites et moyennes entreprises ! Outre le manque d’argent à épargner, ce sont la crainte de perdre de l’argent (pour 24,5% des Français) et la complexité du fonctionnement de la Bourse (13,3%) qui dissuadent le plus les velléités d’actionnariat des particuliers. Même les actionnaires individuels actuels estiment qu’ils pourraient renoncer à leurs placements actions pour ces raisons.

Une nécessité de mobiliser l’ensemble des acteurs pour réconcilier les Français et la Bourse

Six entreprises françaises – Air Liquide, AXA, BNP Paribas, GDF Suez, L’Oréal et Suez Environnement – et 16 institutions de Place se sont engagées au sein de l’Observatoire des Actionnaires d’Avenir pour mieux comprendre les freins à l’investissement en actions et mobiliser l’ensemble des acteurs de la Place de Paris pour les lever. À l’issue de cette 2ème édition, les axes de travail sont évidents : il est urgent de mieux accompagner les Français dans des démarches, qu’ils jugent trop complexes (pour 13,3% d’entre eux), d’une part, mais aussi de faire preuve d’une plus grande pédagogie sur la notion du couple risque / rendement d’autre part. En effet, si un quart des Français (24,5%) craint de perdre de l’argent en investissant en Bourse, il est essentiel de rappeler que les actions sont le placement le plus rémunérateur à long terme selon une récente étude de l’AMF. Une donnée loin d’être négligeable.

Caroline de la Marnierre

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1482544 le lundi 13 avr 2015 à 17:25

    Il faudrait,déjà pouvoir avoir les mêmes moyen de travailler que les GROS !

  • juillia3 le lundi 13 avr 2015 à 17:18

    toujours et encore trop de magouille ,y a plus de place pour les petits

  • M7166371 le lundi 13 avr 2015 à 16:51

    la bourse est largement devenue une zone de non-droit où les particuliers sont systématiquement spoliés , ce n'est guère motivant !

  • plecante le lundi 13 avr 2015 à 16:35

    suppression de l'abattement, fiscalité sur les dividendes, tout pour décourager les investisseurs (mais pas tant que ça les spéculateurs, facteurs de risque), l'état est le principal responsable!

  • mlemonn4 le lundi 13 avr 2015 à 16:33

    Il y a effectivement la spolitaion fiscale industrilele d'une part mais d'autre part le racket organisé par le système financier lui-même étant donné qu'il y a des marchés financiers à deux vitesses, l'un pour les institutionnels et l'autre pour les particuliers! Mais surtout, le pire c'est la mainupaltion et le controle des marchés par quelques mains qui font dans l'impunité la plus totale, la pluie et le beau temps comme bon leur semble! Mais à quoi servent les autorités de controle !

  • froggy83 le lundi 13 avr 2015 à 16:23

    d'ailleurs je n'ai plus un titre en portefeuille, mes derniers, des CGG, dont l'état est actionnaire; les hedge fonds en short à outrance qui y font la pluie et rarement le beau temps, et une AMF qui ne dit mot...

  • froggy83 le lundi 13 avr 2015 à 16:21

    je n'ai rien à rajouter, tout est dit par fifi et naya

  • nayara10 le lundi 13 avr 2015 à 16:06

    Le frein:c'est L'ÉTAT qui rafle TOUT ...