Les Français épargnent moins pour leur retraite

le
3

Même s'ils restent inquiets pour leur retraite, avec la crise, les ménages sont moins capables d'épargner qu'il y a quatre ans pour leurs vieux jours, selon une étude du Cercle des Epargnants.

La retraite reste la première préoccupation sociale des Français. Malgré la réforme de l'an dernier, la majorité des ménages (67%, comme en 2013) restent inquiets pour leurs vieux jours, selon un sondage Cecop-CSA réalisé pour le Cercle des épargnants. C'est particulièrement vrai pour les employés, les ouvriers et les jeunes. «La réforme des retraites n'a pas suffi à rassurer les Français», explique Jérôme Jaffré, directeur du Centre d'études et de connaissances sur l'opinion publique (Cecop).

Pour autant, paradoxalement, ils épargnent de moins en moins pour leur épargne-retraite. Seuls la moitié (53%) des 35/49 ans et 58% des plus personnes de plus de 50 ans se constituent un patrimoine financier en prévision de leur retraite. «C'est sans doute à cause de la crise», estime l'étude, qui note que depuis 2010, l'effort d'épargne a diminué de 8% (dont une baisse de 6% des versements réguliers)! Les ménages et surtout les classes moyennes et les cadres supérieurs ont aussi tendance à surestimer leur niveau de revenus à la retraite.

«Les ménages sont de plus en plus nombreux à jouer avec leur épargne»

Depuis quatre ans, les Français ont «profondément» modifié leurs habitudes financières. «Ils sont de plus en plus nombreux à jouer avec leur épargne, soit en puisant dedans pour financer leur consommation courante, soit en se constituant une épargne de précaution», constate l'étude. «Notre société fonctionne un peu à l'envers. Désormais, ce sont les jeunes qui épargnent et les plus âgés qui consomment», précise Jérôme Jaffré.

Comme d'habitude, l'assurance-vie reste le placement privilégié pour ses vieux jours, suivi par le Livret A, pourtant peu adapté à l'épargne de long terme et peu rémunérateur (1,25%). Vient ensuite l'épargne logement (PEL et CEL), prisée notamment par les jeunes qui aspirent à devenir propriétaires. En revanche, les actions et les obligations continuent de faire très peur aux épargnants.

Rares (14%) sont ceux à avoir entendu parler des prochains contrats d'assurance-vie «Eurocroissance» qui seront proposés à la fin de l'année. Cette nouvelle génération de contrats devrait offrir de meilleurs rendements que les fonds en euros: ils comporteront davantage d'actions, mais le capital sera garanti après huit ans. Le futur PEA-PME (permettant d'investir dans des PME) est un peu mieux connu (25% des sondés en ont entendu parler).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 le mercredi 12 fév 2014 à 13:38

    Et ceux qui ne retrouvent pas de travail sont même carrément obligés de taper dans l'épargne pour pouvoir manger. :(

  • gnapi le mercredi 12 fév 2014 à 12:04

    Nos spécialistes de la politique de l'autruche et de la novlangue diront que les revenus des ménages sont plus orientés vers la conso. Ce qui est bon.Et voilà comment on peut parler de reprise !!

  • md24750 le mercredi 12 fév 2014 à 11:32

    Mais ! comment ce fait-ce ???? bizarre autant qu'étrange. Hein Monsieur Normal. Bravo à vous et votre équipe de nullissimes mondiaux.