Les Français enlevés au Cameroun sont au Nigeria, dit Yaoundé

le
0

YAOUNDÉ (Reuters) - Les islamistes qui ont enlevé une famille de sept Français, dont quatre enfants, mardi dans le nord du Cameroun, les ont conduits au Nigeria, dit le ministère camerounais des Affaires étrangères.

"Les ravisseurs ont franchi la frontière nigériane avec leurs otages", a déclaré le secrétaire d'Etat Joseph Dion Ngute, dans un communiqué.

La sécurité a été renforcée dans la région de Dabanga, à une dizaine de kilomètres de la frontière nigériane, où a eu lieu le rapt, a-t-il ajouté. Des "mesures d'urgence" ont été prises pour tenter de retrouver les otages, a-t-il dit.

L'enlèvement n'a pas été revendiqué, mais selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, les éléments disponibles laissent penser qu'il est l'oeuvre de la secte islamiste nigériane Boko Haram.

"Nous estimons que c'est la secte Boko Haram qui a procédé à l'enlèvement mais on n'a pas encore la signature et là, malheureusement, la terreur succède à l'horreur, cette secte (...) est en train d'enlever des enfants", a-t-il dit à Paris sur France 2.

Interrogé sur un éventuel lien entre le rapt et l'opération militaire française lancée le 11 janvier au Mali pour vaincre les groupes islamistes armés qui dominaient le nord du pays, Jean-Yves Le Drian a répondu par la négative : "On ne peut pas le dire (...) Le Nigeria c'est une autre situation".

"A l'heure actuelle, non (le lien n'est pas établi) mais la méthode oui. Ce sont des groupes qui se réclament du même fondamentalisme, qui ont les mêmes méthodes, que ce soit au Mali, que ce soit en Somalie ou que ce soit au Nigeria".

Ces groupes souhaitent instaurer une zone de non-droit entre le Golfe de Guinée et le Soudan, "un très grand Sahel", une zone où passent tous les trafics, a souligné Jean-Yves Le Drian.

QUINZE FRANÇAIS OTAGES AU TOTAL

Le président François Hollande avait refusé mardi d'établir un lien entre l'intervention française au Mali et l'enlèvement.

Pour Gérard Longuet, prédécesseur de Jean-Yves Le Drian au ministère de la Défense, "s'il est avéré que c'est la secte terroriste Boko Haram, c'est un événement très important pour l'Afrique".

"Parce que cela veut dire que cette secte intervient au-delà des frontières, dans un pays indépendant qui était calme et qui ne peut pas accepter qu'un Etat voisin ne mette pas de l'ordre chez lui," a-t-il déclaré sur BFM TV.

Quinze Français sont désormais retenus en otages dans le monde - tous en Afrique. Avant l'enlèvement de mardi au Cameroun, sept otages étaient détenus au Sahel et un autre au Nigeria par des groupes islamistes.

Le Nord-Est du Nigeria, frontalier du Cameroun, est un bastion de Boko Haram, qui a pris les armes pour tenter d'imposer la "charia" (loi coranique) dans la moitié nord du pays le plus peuplé d'Afrique, lequel compte approximativement autant de musulmans que de chrétiens.

La secte a commis nombre d'attentats et attaques au Nigeria ces dernières années. En novembre 2011, elle a fait exploser des bombes dans des églises, des mosquées et des commissariats de police de Damaturu dans le nord-est du Nigeria, tuant 65 morts.

Le mois suivant, la secte avait revendiqué des attentats à la bombe le jour de Noël, notamment contre une église près d'Abuja, qui avaient fait 37 morts. En janvier 2012, 186 personnes ont péri dans des attentats et des fusillades à Kano, attaque la plus meurtrière commise à ce jour par Boko Haram.

En juillet dernier, des attentats revendiqués par Boko Haram ont fait 65 morts, notamment à Jos, dans l'Etat du Plateau.

Outre Boko Haram, la région est la proie de bandes criminelles qui profitent de l'insécurité provoquée par l'insurrection islamiste pour se livrer à des attaques à main armée.

A Paris, le ministère des Affaires étrangères a "formellement déconseillé" aux Français d'aller dans l'extrême Nord du Cameroun, des rives du Lac Tchad au sud de Maroua, et à la frontière avec le Nigeria, "jusqu'à nouvel ordre".

Avec Marine Pennetier à Paris et Bate Felix à Dakar; Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant