Les français encore motivés pour investir dans l'immobilier locatif... défiscalisé

le
0

Les investisseurs en immobilier locatif sont dans l'ensemble plutôt satisfaits de leurs acquisitions. Il est vrai aussi, que leurs motivations sont aussi fiscales....

Dans le cadre du salon Patrimonia qui vient d'ouvrir ses portes, le Crédit Foncier a réalisé une enquête auprès de ses clients investisseurs en immobilier afin de mieux connaître leurs attentes et motivations des particuliers.

L'étude souligne un recul du segment de l’investissement locatif . Il représentait en 2012, 11% du nombre de transactions du marché immobilier résidentiel privé contre 15% en 2009. Pour autant, l’immobilier locatif reste un actif privilégié des investisseurs. Pour preuve, 56% des clients du Crédit Foncier répondent en premier choix l’immobilier, loin devant les marchés financiers et l’épargne sécurisée.

Les trois premières motivations des particuliers ayant réalisé un investissement locatif sont tout d'abord la perspective de payer moins d’impôts (68% ).

Cette raison est plus forte pour les investisseurs dans le neuf (81%) que pour ceux qui investissent dans l’ancien (23%). Deuxièmement, il s'agit de disposer d’un revenu complémentaire à la retraite (44%). Sous cette motivation, l'étude révèle que le choix d'un bien ancien (59%) est plus répandu. Enfin, les investisseurs cherchent à se constituer un patrimoine (42 %) là encore l'ancien (54%) est favorisé par rapport au neuf (39%).

Mieux, l'enquête du Crédit Foncier souligne la satisfaction envers leur investissement locatif pour 2/3 d'entre eux. (9% sont très satisfaits et 47% sont assez satisfaits).

Pour les particuliers qui ne sont pas encore lancés dans une opération immobilière à des fins locatives, les raisons invoquées portent sur la peur de trop s’endetter (32 %), les incertitudes quant à l’avenir (31 %), la peur de ne pas louer son bien (22 %) ou encore la peur des loyers impayés (21 %).

Plus en détail, l’étude souligne un salaire médian annuel de l'investisseur de 65 680€ pour un âge moyen de 46 ans . 37% des investisseurs sont âgés d’au moins 50 ans.

Le bien locatif type acheté est un appartement T2 de 53m² pour un montant de 163 000€. Le montant médian emprunté atteint, lui 153000€ sur une durée en 2012 de 20 ans et 3 mois. Enfin, près de deux tiers des investisseurs n’ont pas d’apport personnel afin de maximiser les déductions fiscales.

Malgré ses atermoiements, la pression fiscale semblent à peine décourager les investisseurs en locatif. En attendant, le bilan de la collecte sur les premières SCPI Duflot et l'impact de la sortie des niches fiscales des SCPI Malraux, l'étude est donc, plutôt une bonne nouvelle pour les sociétés de gestion oeuvrant sur les SCPI du logement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant