«Les Français disent ne pas aimer la publicité mais...»

le
0
«Les Français disent ne pas aimer la publicité mais...»
«Les Français disent ne pas aimer la publicité mais...»

Fondateur et président de l'agence de publicité indépendante Australie, Vincent Leclabart vient de nommer son neveu au poste de directeur général. Avec l'arrivée de David Leclabart, la relève familiale est assurée.

«Vous avez fondé Australie il y a trente ans et venez de nommer votre neveu David Leclabart comme directeur général. La relève est assurée ?

Oui, il va prendre rapidement la direction opérationnelle d'Australie. C'était une décision naturelle dont on avait déjà parlé avec son père Jérôme, mon frère et associé, il y a quelques années. C'est une transition en douceur et cohérente car Australie est une agence familiale et indépendante. Outre sa jeunesse, David a un très joli CV, il s'est formé dans les plus grandes agences publicitaires, de BETC, à CLM-BBDO, en passant par McCann et TBWA où il a travaillé avec de très gros clients comme Total, Nike, Pepsi ou Nespresso. Son arrivée met Australie en bonne position pour entamer les trente prochaines années.

Quels sont les enjeux pour Australie ?

Dans ce marché très concurrentiel et dominé par les géants Publicis et Havas, Australie, qui est dans le top 15 des agences, doit toujours garder les valeurs qui ont fait son succès, à savoir respect du consommateur et recherche d'efficacité, le tout dans la joie. Qu'ils vendent des petits pois ou des crédits, quelle que soit la taille de leur entreprise, nos clients, dont les plus connus sont le CIC, E. Leclerc, l'assurance maladie ou Bonduelle, sentent que notre engagement auprès d'eux est réel et total. Ce n'est pas un hasard s'ils nous sont fidèles.

A l'heure où on parle plus d'agence de communication, vous revendiquez haut et fort votre statut d'agence de publicité...

Notre métier est de créer des campagnes pour faire changer le comportement ou l'opinion des gens. Cela peut prendre des formes promotionnelles, utiliser l'affichage, le Web, la radio ou la télé, c'est toujours de la publicité. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant