Les Français dépensent de moins en moins pour l'entretien de leur voiture

le
0

Entre 2010 et 2013, les Français ont dépensé 4,3% de moins pour entretenir leur voiture. Ils y ont tout de même consacré 21,9 milliards d'euros en 2013.

Le marché de la réparation automobile est orienté à la baisse. En 2013, dernière année pour laquelle les chiffres sont connus, les Français ont dépensé 21,9 milliards d'euros pour entretenir leur voiture. Un montant qui marque un recul de 0,6% en un an, et de 4,3% depuis 2010, selon le cabinet TCG Conseil qui vient de publier une étude sur l'après-vente automobile pour le compte du Conseil national des professions automobiles (CNPA). En volumes, le recul est plus marqué encore, avec une baisse de 5,6% entre 2010 et 2013.

Il existe cependant une différence importante entre les différents types d'opérations. Ainsi, la maintenance -contrôle technique, vidange, révision constructeurs- affiche une chute de 12,7% en volume sur la période 2010-2013 quand les réparations mécaniques -liées aux pannes et accidents- reculent de 4,3% et les changements de pneumatiques progressent de 5,8%. La baisse des activités de maintenance s'explique par le recul des kilomètres parcourus annuellement par les véhicules en France, mais également par la modification, d'un à deux ans, de l'intervalle de révision par les constructeurs. Les moindres entrées ateliers liées aux réparations s'expliquent, elles, par «la fiabilité accrue des voitures», selon Christophe Guillaneuf, de TCG Conseil.

Les concessionnaires, grands perdants

Pour ce qui est des perspectives, TCG Conseil estime que, si le volume des opérations de maintenance va continuer à reculer d'ici à 2018 de 6,8%, la valeur de l'entretien auto devrait se stabiliser. Seules les réparations devraient continuer de reculer fortement (-11,9%), toujours poussées par la meilleure fiabilité des voitures. En revanche, maintenance (+4,8%) et pneumatique (+0,1%) vont repartir à la hausse.

Cet environnement tarifaire favorable aux conducteurs s'explique par une compétition intense entre les différents acteurs de la réparation. Et les perdants semblent tout trouvés: il s'agit des concessionnaires et agents de marque, qui perdent du terrain par rapport aux garages indépendants et aux centres auto. En 2010, 53,1% des facturations dans le domaine de l'entretien auto passaient par leur réseau. Cette part de marché était tombée à 46,3% en 2013. Et les experts de TCG Conseil estiment qu'elle pourrait encore chuter à 37,8% d'ici à 2022. En cause, «le vieillissement du parc, car les concessionnaires entretiennent les voitures les plus récentes, et les actions des indépendants pour capter l'activité ‘révision constructeur' des voitures récentes», selon Christophe Guillaneuf.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant