Les Français délaissent les placements d'épargne retraite

le
0
Les particuliers préfèrent placer leur épargne destinée à la retraite sur des livrets, liquides et sur des contrats d'assurance-vie.

Un an après la réforme, les Français (81%) s'inquiètent toujours pour leur retraite future. Certes, les actifs sont de plus en plus nombreux à épargner pour financer leurs vieux jours, mais ils ne souscrivent pas pour autant les placements de long terme dédiés à la retraite (comme le Perp par exemple), jugés trop contraignants, selon une étude* du cabinet Deloitte, réalisée par Harris Interactive. Au contraire, plus de la moitié privilégient l'épargne liquide et souple comme les livrets (Livret A, LDD, comptes sur livret...).

L'assurance-vie arrive en deuxième position. «L'offre actuelle en matière de retraite est peu adaptée ou mal comprise par les Français», explique Fabien Sauvage, associé chez Deloitte, en charge du département assurance. Pour ceux qui ont été interrogés, l'épargne doit à la fois permettre de faire face aux aléas de la vie (comme aider un membre de sa famille ou prendre en charge des soins de santé) et servir de complément retraite le moment venu. Même si, paradoxalement, la retraite est leur priorité d'épargne.

En théorie pourtant, les professionnels de la gestion recommandent de diversifier ses placements avec, d'un côté, l'épargne de précaution, placée sur des livrets (représentant trois à quatre mois de salaire), et de l'autre l'épargne retraite sur des placements de plus long terme (notamment investis en actions).

Mal conseillés

Mais, les Français se disent mal informés et mal conseillés. Et ils s'en plaignent. «Deux actifs sur trois jugent leur niveau d'information insuffisant, tant sur leur situation future que sur les moyens de s'y préparer», note l'étude de Deloitte.

Pire, ils ne font pas confiance aux banquiers ou aux assureurs pour les guider: «quatre actifs sondés sur dix prévoient de ne pas se faire conseiller par un professionnel sur les solutions d'épargne pour la retraite».

Pour autant, les Français préparent activement leurs vieux jours: «58% des actifs interrogés épargnent dès qu'ils le peuvent et 25% ont l'intention de le faire». Ils estiment d'ailleurs qu'il leur faudra trois fois plus de temps que leurs ainés pour être prêts.

Alors que les retraités actuels disent avoir commencé à se soucier de leur retraite sept ans seulement avant d'arrêter de travailler (à 53 ans en moyenne), les jeunes actifs y pensent désormais à partir de 47 ans (ils s'attendent à prendre leur retraite à partir de 66 ans). Plus surprenant, 42% des plus jeunes sondés (25 et 34 ans) disent déjà épargner en vue de leurs vieux jours ...

*Étude réalisée par e-mail auprès de 2000 personnes de 25 ans et plus entre le 28 septembre et le 11 octobre.

LIRE AUSSI :

» Les Français préparent leur retraite de plus en plus tard

» Retraite : Les habits neufs du Perp

» L'assurance-vie perd du terrain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant