Les Français de Madrid déçus pour Grizou

le
0
Les Français de Madrid déçus pour Grizou
Les Français de Madrid déçus pour Grizou

C'était un dimanche normal à Madrid. Sur la Plaza de Toros Monumental, Jesus Martinez et ses banderillos multipliaient les passes pour venir à bout d'un bestiau de 507 kg livré à leurs assauts dans les grandes arènes de Las Ventas. Ecrasé sous un soleil de plomb, le torero n'avait que faire de l'heure qui filait lorsqu'il porta l'estocade finale. Il était 20 h 15 et l'enfant du pays était loin, très loin de l'effervescence qui avait gagné l'hôtel le Sylken, à l'autre bout de la ville. Trois écrans géants installés à l'intérieur, deux autres en terrasse et plus de 200 supporters tricolores massés devant, chauffés à blanc pour suivre la finale de l'Euro face au Portugal. Le rendez-vous avait été lancé via les réseaux sociaux et la communauté de jeunes Français établis dans la capitale espagnole n'a pas tardé à transformer les lieux en véritable fan zone.

 

Un engouement mal récompensé

 

Drapeaux et maillots tricolores sortis, liseré bleu-blanc-rouge peint sur le visage et Marseillaise reprise à tue-tête... C'est souvent à l'étranger qu'on se revendique plus clairement son patriotisme, comme le ressent Christine. « On retrouve une petite France ici », sourit cette Parisienne de 23 ans, en stage depuis septembre dernier. La jeune fille a découvert l'endroit lors de la demi-finale face aux Allemands. Bien que « pas branchée foot », elle a trouvé la soirée sympa, à l'inverse de ses colocataires... germaniques  ! Thibault, lui, jubile. Maillot de l'Atlético sur les épaules, il est venu soutenir la France et son héros, Antoine Griezmann.

 

« Depuis que je suis arrivé ici, je suis tombé amoureux de l'Atlético, c'est plus romantique que le Real, sourit ce Bordelais qui travaille chez Airbus. Je suis allé voir le dernier match de la saison à Vicente-Calderon face au Celta Vigo, 2-0 avec un but de Griezmann. D'ailleurs, ce maillot, ce sont mes collègues qui me l'ont offert à force de m'entendre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant