Les Français d'avant-Platoche

le
0
Les Français d'avant-Platoche
Les Français d'avant-Platoche

Le transfert de Michel Platini à la Juventus représenta un véritable virage pour le football français, mais le numéro dix des Bleus ne fut pas le premier Tricolore à s'aventurer au-delà des Alpes. Plusieurs avaient tenté le coup avant lui, avec des fortunes diverses.

Stadio Marassi, 12 septembre 1982, la Sampdoria accueille la Juventus pour l'ouverture du championnat. Au coup d'envoi, Giovanni Trapattoni aligne cinq tout frais champions du monde, Cabrini, Gentile, Scirea, Rossi et Zoff. S'ajoutent à eux Brio, Bonini, Furino, Bettega et deux étrangers, Zibi Boniek et Michel Platini qui viennent de s'affronter en petite finale du Mundial espagnol. Une véritable armada. Si le match est à oublier pour la Vieille Dame avec une défaite 1-0, il est en revanche significatif pour le foot français. Le début d'une fructueuse aventure de cinq saisons pour son meilleur élément, mais surtout, pour la première fois depuis onze ans, un Français refoule les pelouses de Serie A.

La Foudre


Cette longue abstinence est surtout due à un facteur : la clôture des frontières aux joueurs étrangers pendant 14 ans. Une décision prise par les instances italiennes suite à la débâcle contre la Corée du Nord au Mondial 1966. Néanmoins, les étrangers déjà présents dans les effectifs avaient le droit de rester. C'est le cas de Nestor Combin, français d'origine argentine et arrivé en Italie en 1964, lui aussi à la Juve. Allergique aux dogmes tactiques d'Heriberto Herrera, il rebondit au Torino après une année en prêt à Varese. Nereo Rocco le voudra également au Milan. Le cliché de son visage tuméfié après la conquête de la Coupe intercontinentale face à ses compatriotes de l'Estudiantes reste l'une des images marquantes de l'histoire du football. En plus de ce trophée, en sept ans en Italie, " la Foudre " comme il était surnommé, c'est deux coupes nationales, 61 buts en 230 matchs, 7000 paquets de clopes, une baston par semaine en boîte de nuit, de nombreuses conquêtes féminines et un triplé face à la Juve lors d'un derby turinois, quelques jours après le tragique décès de son ami Gigi Meroni.

Le jour où Néstor Combín s'est fait péter le nez

Les pionniers


En fait, il faut attendre pratiquement 20 ans depuis le lancement de la première en Serie A en 1929-30 pour voir un Français se pointer sur les terrains italiens. Et encore, il s'agit de Ferenc Nyers, né en France certes, précisément à Merlebach…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant