Les Français comptent sur l'Etat pour financer leur dépendance

le , mis à jour le
5

Selon une étude de l'Insee, les ménages ne sont pas encore prêts à s'assurer individuellement contre le risque de dépendance.

Quelle place occupera dans les prochaines années la prévoyance individuelle dans la prise en charge des personnes agées en France? Selon une étude Economie et Statistiques de l'Insee parue ce jeudi, «malgré les restes à charge pour les familles potentiellement conséquents, peu d'individus disposent à ce jour d'une couverture assurantielle». Plus préoccupant, encore, les perspectives de développement de l'assurance privée pour couvrir ce risque semblent limitées. Selon les simulations de l'Insee, le taux d'équipement ne dépasserait pas 20% de la population, ce qui fait de facto reposer l'effort de financement et de prise en charge sur l'Etat.

Or la dépendance est une bombe à retardement pour l'économie française. «Les besoins de financement du risque dépendance seront, selon toute vraisemblance, supérieurs à ceux du risque retraite après 2050», estime l'Insee. Un constat peu réjouissant à l'heure où les partenaires sociaux ont déjà du mal à sauver les régimes de retraite complémentaires au bord du gouffre.

Au 1er janvier 2012, la France métropolitaine comptait 1,17 million de personnes âgées dépendantes au sens de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), soit 7,8% des 60 ans ou plus. À l'horizon 2060, selon le scénario intermédiaire des projections de dépendance, ce nombre bondira à 2,3 millions.

Pourtant, les ménages ne semblent pas prendre en compte ce risque dans leurs projections de dépenses à long terme. Car, selon l'étude de l'Insee, encore relativement peu d'individus disposent à ce jour d'une assurance qui les couvre en cas de dépendance (l'Insee avance le chiffre de 2 millions de personnes assurées à long terme). Et pour l'avenir, «le recours accru à la prévoyance individuelle par le biais d'une généralisation des couvertures assurantielles privées apparait difficilement envisageable, à moins d'une forte évolution de l'offre d'assurances ou de l'instauration d'une assurance obligatoire», constate l'Insee.

Des «restes à charge» élevés

Pourtant la prise en charge des personnes dépendantes est un vrai coût. Elle était évaluée en 2011 à 28,6 milliards d'euros soit 1,41 point de PIB, souligne l'Insee, dont une large part à la charge de l'Etat (plus de 21 milliards). Pour autant, «les restes à charge» n'en demeurent pas moins élevés pour les familles dont un membre a besoin d'une aide dans l'accomplissement des actes de la vie quotidienne.

L'Insee recense plusieurs niveaux de reste à charge: 396 euros par mois en moyenne pour les bénéficiaires de l'Apa ; 692 euros pour les personnes ayant les plus forts niveaux de dépendance (elles sont classées en GIR 1 et GIR 2) ; 1486 euros pour une personne placée en institution spécialisée. Dans le cas des malades atteints d'Alzheimer, les reste à charge s'élèveraient à 570 euros à domicile et 2300 euros en institution.

«Cette myopie» ou ce «déni» des ménages face à la dépendance est plus ou moins consciente. L'Insee souligne «l'éloignement temporel entre la décision de souscrire une assurance et la survenue du risque». Il est vrai que quand une personne s'assure à 50 ans, ce n'est que 30 ans plus tard, vers l'âge de 80 ans qu'elle pourra en avoir besoin. Plus généralement, les individus n'envisagent tout simplement pas ce risque: quatre sur dix ne sentent pas concernés par ce problème et ne développent en conséquence aucune stratégie de couverture. Cette proportion varie toutefois si l'on a eu dans son entourage une personne dépendante: dans ce cas, six personnes sur dix se disent concernées par le sujet. Mais surtout, beaucoup de Français comptent sur l'Etat providence pour financer leur dépendance ou se considèrent naturellement couverts contre ce risque par leur complémentaire santé ou leur assurance prévoyance. Il y aura donc dans les prochaines années un gros travail d'information à faire sur ce thème, tant de la part de l'Etat, qui ne pourra pas tout financer, que des opérateurs privés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7053520 le jeudi 19 fév 2015 à 11:12

    @aston54 vous avez plus que raison : assez de cadeaux aux banques, aux grands patrons et aux politocards. la fraude fiscale coute entre 60 et 80 milliards d'euros par an ! autant que les deux premiers budget de la france ! plus que l'intérêt de la dette. en embauchant 2000 fonctionnaires dédiés a la répression de la fraude fiscale, ce qui nous couterait dans les 4 milliards maximum, nous récupérerions 40x la mise !

  • annelion le jeudi 19 fév 2015 à 11:11

    Je n'ai aucune envie de devenir dépendante. Dans ce cas je désire pour moi-même l'euthanasie.

  • pmessag2 le jeudi 19 fév 2015 à 10:59

    L'état, c'est nous. Il n'y a pas de corne d'abondance

  • bali16 le jeudi 19 fév 2015 à 09:20

    Ah les Sans Dents ......

  • Aston54 le jeudi 19 fév 2015 à 07:46

    Disons que si l'état ne finançais pas le puit sans fond que sont certaines catégories de la population, il serait plus aisé de donner à nos anciens les moyens de finir leurs jours décemment!!!!