Les Français choisissent le grand Ouest et le Sud pour leur qualité de vie

le
0
La façade atlantique et du Sud de la France font partie des régions privilégiées par les Français qui déménagent. g-stockstudio /shutterstock.com
La façade atlantique et du Sud de la France font partie des régions privilégiées par les Français qui déménagent. g-stockstudio /shutterstock.com

(Relaxnews) - Les Français déménagent peu d'une région à l'autre, montre un nouveau rapport de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Entre 2001 et 2006, ils n'étaient que 6% à être concernés (population âgée de 5 ans et plus). À titre de comparaison, les déménagements dans la même commune ou le même département ont été plus nombreux (respectivement 11% et 12%).

Quitter sa région de résidence pour s'installer dans une autre intervient surtout à des moments charnières de la vie, comme le début des études, l'entrée dans la vie active ou l'arrivée du premier enfant.

Dans cette mobilité interrégionale, huit régions du grand Ouest et du Sud se démarquent pour leur forte attractivité : Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Auvergne, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Corse. Selon l'Insee, c'est essentiellement la qualité de vie qu'elles offrent qui incite les gens à s'y installer.

Ces nouveaux résidents se comptent surtout parmi les actifs et leurs enfants, et les retraités. Même si, pour beaucoup, cette mobilité s'accompagne d'un nouvel emploi, d'autres connaissent une période de chômage au moment de leur arrivée.

L'Ile-de-France, quant à elle, se démarque essentiellement auprès des étudiants et des jeunes actifs. Les arrivées des 15-29 ans y sont très fortes, chaque année elle gagne 8 jeunes habitants pour 1000. Les grandes écoles, les nombreuses universités et un bassin d'emploi plus dynamique qu'ailleurs permettant de démarrer dans la vie active en sont les raisons.

En revanche, à partir de 30 ans, la région parisienne n'attire plus, et ses habitants la quittent même massivement pour s'établir plus au sud. Le secteur perd plus de résidents qu'il n'en gagne pour les tranches d'âge comprises au-delà de 30 ans et pour leurs enfants (5-14 ans).

Les régions autour du bassin parisien enregistrent toutes de nombreux départs de jeunes, partis étudier ou travailler dans la capitale. Mais la Basse-Normandie, le Centre et la Bourgogne retrouvent aussi de nouveaux habitants chez les plus de 30 ans, dont les arrivées sont légèrement plus fortes que les départs.

Les régions du Nord et de l'Est connaissent en revanche des migrations assez faibles, en entrée comme en sortie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant