Les Français champions de windsurf en Turquie

le
0
Les Français champions de windsurf en Turquie
Les Français champions de windsurf en Turquie

Les Français rayonnent sur l'eau et font des vagues dans le monde du windsurf, une forme de planche à voile. Ils ont été sacrés champions parmi les champions, ce week-end dans les eaux turques, lors des épreuves qui ont eu lieu à Alacati, une jolie bourgade à moins d'une centaine de kilomètres de la station balnéaire d'Izmir.

Samedi, la Bretonne Delphine Cousin a décroché son titre de championne du monde de funboard, succédant ainsi à sa compatriote Valérie Arrighetti-Ghibaudo, qui termine deuxième.

Chez les hommes, les spectateurs de ces épreuves n'ont eu d'yeux que pour Antoine Albeau. Toujours disponible, même pour une belle matinée sur la Seine en Stand up Paddle avec des champions, ce Charentais de 41 ans, recordman de vitesse, aime surtout le grand large. Avec du vent. C'est là qu'il demeure indétrônable dans une discipline qui commence à gagner du terrain. Samedi, il a refait parler de lui. Il a remporté l'étape turque du circuit. Albeau conforte ainsi sa place de leader au classement général de la coupe du Monde mais devra patienter jusqu'à la dernière étape du championnat qui aura lieu à Sylt, en Allemagne, fin septembre. Et le Charentais compte bien décrocher le trophée de champion du monde comme Delphine Cousin.

Les cheveux dans le vent, le regard azur, Antoine Albeau veut toujours plus. Certes, il a déjà remporté plusieurs fois le titre de champion de monde. Mais le grand blond ne supporte pas l'idée d'être détrôné un jour. D'autant plus que l'Italien Alberto Menegatti, numéro 2 au classement, lui a fait des misères en Turquie.

Un autre Français, Julien Quentel, a pris la 3e place de l'épreuve. Le Guadeloupéen tout heureux d'être sur le podium, entend lui aussi jouer les premiers rôles à la dernière épreuve en Allemagne.

Quant aux filles, la satisfaction était de mise durant toute la semaine. «Pour l'équipe de France, ce sont deux belles saisons chez les filles. La première ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant